Enjeux

amenagement5.jpg

Des exigences de qualité

Modifications climatiques, pollutions de l’air, des sols ou de l’eau, dégradation du milieu marin, atteintes à la biodiversité, voilà des questions régulièrement débattues dans le monde, questions qui engagent le futur de la planète et la qualité de l’environnement des générations futures.

En France, la Charte constitutionnelle de l’environnement 2004 fixe les principes adoptés pour répondre aux craintes et aux aspirations exprimées en ce domaine : le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé, le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement.

Les professionnels de la géologie concourent à ces objectifs  pour chacun des secteurs d’activité où ils sont présents : énergie, exploitation de ressources naturelles, protection des nappes, programmes d’aménagement…Ils apportent des réponses concrètes à des questions récurrentes de notre vie quotidienne, comme la gestion des déchets, le traitements des pollutions ou la protection du patrimoine géologique. Face à ces enjeux, plus d’un millier de  géologues et de spécialistes des sciences de la terre  travaillent aujourd’hui en France et à l’étranger dans le domaine de l’environnement.

 

La gestion des déchets

Toutes les activités de l’homme entraînent des déchets dont il faut préserver l’environnement et s’assurer qu’ils ne portent pas atteintes à la santé. Il convient en premier lieu de limiter leur production, qu’il s’agisse des déchets ménagers (plus de 500kg par habitant et par an en France) ou de ceux résultant de l’activité économique (près de 400 millions de tonnes par an).  Le tri des  déchets et leur traitement (compostage des déchets verts, incinération des ordures ménagères, stabilisation des résidus d’incinération…) permettent de réduire leur volume et de les valoriser. En final, la fraction non valorisable de déchets fait l’objet de stockage.  On distingue en France  trois classes de stockage (ou «centres d’enfouissement techniques ») : classe 1 pour les déchets dangereux, classe 2 pour les déchets d’origine ménagère ou industrielle  non dangereux, classe 3 pour les déchets inertes (terre, gravats…). Les décharges brutes de déchets  ne sont plus autorisées.  Les déchets radioactifs et certains déchets chimiques font l’objet de stockages spécifiques.

Finaliser la réhabilitation des anciennes décharges brutes de déchets, en grande partie des déchets ménagers, poursuivre la réalisation et la mise en œuvre de nouveaux stockages sont les défis à relever par les professionnels de la géologie pour les décennies à venir.

Dépassant les frontières, la mobilisation pour prévenir des conséquences  de l’émission excessive de gaz à  effet de serre sur le climat conduit à prévoir des stockages souterrains de CO2 soit dans d’anciens gisements d’hydrocarbures ou de charbon, soit dans des aquifères profonds et salins.  Aujourd’hui au stade de la recherche, c’est un enjeu pour les géologues d’identifier les réservoirs naturels assez étanches favorables à tels stockages  et de contribuer à la conception de leur réalisation.

 

La réhabilitation des sites pollués

amenagement3.jpg

Constater et réparer des dégradations du milieu naturel résultant d’activités et de pratiques  passées visent  à la fois à préserver la santé des populations exposées à des pollutions,  à assurer la non contamination des nappes d’eau, possibles réceptacles des polluants et, aussi, à réhabiliter du foncier, ce qui limite l’emprise de l’urbanisation. Ainsi se sont développés au cours des dernières décennies des chantiers de réhabilitation de sites dotés de concentrations anormales, dans les sols ou dans l’eau des nappes, d’hydrocarbures, de métaux lourds (plomb, zinc, chrome, cuivre…), de solvants chlorurés… Ce sont le plus souvent d’anciennes cokeries et usines à gaz de ville, d’anciennes industries chimiques et pharmaceutiques, raffineries pétrolières, fonderies de métaux ferreux et non ferreux, voire des complexes agricoles ou d’élevage.

Le traitement des sols ou des nappes d’eaux  polluées fait appel à des connaissances souvent nouvelles et à des techniques récemment émergentes. Le traitement retenu est, dans de nombreux cas, spécifique des sites traités, ce qui implique une juste adaptation aux conditions d’environnement proches ou plus lointaines, un exercice de changement d’échelle  habituel pour les géologues. 

 

Environnement et patrimoine

Préserver et améliorer l’environnement, c’est aussi mobiliser les connaissances dans le domaine des sciences de la terre pour mettre en valeur le milieu où nous vivons: les parcs naturels (nationaux, égionaux…), les réserves naturelles géologiques, les « géoparcs » assurent ainsi la  préservation des « archives » géologiques de la nature: fossiles, marqueurs des environnements sédimentaires, minéraux remontés des grandes profondeurs…tout autant que les œuvres scientifiques accumulées sur plusieurs siècles d’exploration du sol et du sous-sol : cartes géologiques, coupes, blocs diagramme, textes…

Les géosciences concourent aussi  à la connaissance et à la mise en valeur d’autres patrimoines, notamment historique et  archéologique. Ce sont là autant de pôles d’intérêt et possibilités d’emploi ouvertes aux géologues de demain.