Stage : Caractérisation et datation d'une séquence stratigraphique...

Caractérisation  et  datation  d'une  séquence  stratigraphique...de  dépôts  limono-­tourbeux   (diagnostic  chronostratigraphique)

Secteur d'activité : Environnement

Employeur :Ville de Chartres

Contact : apolline.louis@agglo-­ville.chartres.fr

Localisation : Complexe  cultuel  gallo-­romain  de  Saint-­Martin-­au-­Val  (Chartres,  Eure-­et-­Loir)  

Description :


Période  du  stage   3  mois  maximum  :  juin  à  août  2017  ; dates  pouvant  être  ajustées  au  besoin,  avec  un  début  en  mai    

Localisation  

  • Phase  de  terrain  :  site  archéologique  de  Saint-­Martin-­au-­Val.   Direction  de  l'archéologie  de  la  ville  de   Chartres,  28000  Chartres  
  • Phase  d'étude  :  Université  de  Rouen,  département  de  Géographie    

Le  complexe  culturel  gallo-­romain  de  Saint-­Martin-­au-­Val  s'étend  sur  une  surface  actuellement  reconnue  de   plus  de  8  ha.  Son implantation  en  bordure  de  la  capitale  de  cité  Autricum  (Chartres)  et  la  monumentalité  de   ses  constructions,  le  désignent  comme le  sanctuaire  de  cité  des  Carnutes,  bien  qu'aucune  attestation   textuelle  ne  corrobore  jusqu'à  présent  cette  interprétation.     Composé  de  multiples  édifices  et  implanté  dans  une  zone  de  contact  entre  le  coteau  et  la  plaine  alluviale  de   l'Eure,  en  amont  de  la  ville  antique,  le  sanctuaire  est  édifié  en  terrasses  et  tourné  vers  la  rivière.  Le  lit  de   l'Eure  forme  aujourd'hui  une  large  boucle  distante  de  80  m  à  200  m  des  constructions  antiques.  Le  cours   antique  de  la  rivière,  ainsi  que  les  éventuels  aménagements  anthropiques  antiques  (bâtiments,   aménagements,  accès  ?)  qui  pourraient  prendre  place  dans  la  plaine  sont  actuellement  inconnus.     Les  édifices  fouillés  à  ce  jour  sur  le  site  sont  construits  dans  le  dernier  tiers  du  Ier  s.  apr.  J.-­C.  Certains   d'entre  eux  s'intègrent  à  des  programmes  architecturaux  plus  anciens,  encore  non  datés.  L'ensemble  du  site   est  abandonné  et  démantelé  dans  le  courant  du  IIIe  s.  apr.  J.-­C.     Les  dernières  campagnes  de  fouilles  ont  démontré  que  les  édifices  qui  composent  le  sanctuaire  s'étendent   davantage  vers  la  rivière  que  la  limite  identifiée  jusqu'à  présent.  Un  bassin  ou  nymphée  monumental,  en   cours  de  fouille,  se  prolonge  sous  la  plaine  alluviale  (aujourd'hui  occupée  par  les  terrains  de  sport  de  la  ville).   Relativement  bien  préservé  des  destructions,  ce  bassin  monumental  est  conservé  sous  3  m  de  sédiment  et   noyé  dans  la  nappe  phréatique  actuelle.     Une  épaisse  séquence  stratigraphique  présentant  une  succession  de  dépôts  limoneux  fins  et  de  formations   tourbeuses,  vraisemblablement  issus  des  effets  de  la  rivière,  recouvre  sur  80-­90  cm  d'épaisseur  les  couches   de  démolition  accumulées,  dans  le  courant  du  IIIe  s.  apr.  J.-­C.,  sur  l'emprise  du  bassin  monumental.       Ces  dépôts  suggèrent  qu'une  modification  de  la  dynamique  fluviatile,  un  défaut  d'entretien,  et/ou  une  cause   qui  reste  à  déterminer,  provoquent  des  changements  importants  dans  la  plaine  alluviale,  vraisemblablement   à  partir  du  IIIe  s.  apr.  J.-­C.

La  compréhension  des  interactions  qui  unissent  le  sanctuaire  antique  avec  la  plaine  et  la  rivière  qui  le   bordent  constitue  une  problématique  qui  s'intègre  à  ce  jour  dans  le  cadre  des  fouilles  programmées  menées   sur  le  site  depuis  2011  (triennal  2016-­2018,  responsable  B.  Bazin).     La  séquence  stratigraphique  mise  au  jour  sur  l'emprise  du  bassin  monumental  soulève  notamment  la   question  des  changements  qui  s'opèrent  dans  la  plaine  alluviale,  à  partir  du  IIIe  s.  apr.  J.-­C.,  aux  abords  du   complexe  cultuel  et  des  dynamiques  qui  ont  présidé  à  ces  dépôts.     La  nature  de  ces  dépôts  offre  l'opportunité  d'effectuer  un  diagnostic  visant  à  établir,  tout  d'abord,  le  cadre   chronologique  (datation  des  dépôts  identifiés)  et  interprétatif  (caractérisation  des  dépôts  et  des  processus  de   formation)  de  cette  stratigraphie.  

Les  résultats  de  ce  diagnostic  seront  mis  en  parallèle  avec  les  données  archéologiques  de  la  fouille  et   permettront  de  fournir  une  base  de  départ  à  un  projet  d'étude  plus  large  visant  à  replacer  l'ensemble  cultuel   au  sein  de  son  environnement  naturel,  hydro-­géographique  et  géomorphologique.

La  séquence  stratigraphique  qui  constitue  l'objet  de  l'étude  est  accessible  uniquement  durant  la  période  de   fouille  (rebouchage  du  sondage  archéologique  pour  des  raisons  de  sécurité  en  dehors  des  campagnes  de   fouille).  La  campagne  de  fouille  2017  prévoit  un  agrandissement  de  la  zone  de  fouille  sur  l'emprise  du   bassin  :  une  portion  supplémentaire  de  la  coupe  stratigraphique  présentant  les  dépôts  à  étudier  sera  alors   mise  au  jour.     Les  prélèvements  devront  donc  être  effectués,  suivant  l'avancée  de  la  fouille,  au  mois  de  juin  2017   (campagne  de  fouille  du  18/04/2017  au  30/06/2017).   

Missions

  • réaliser  les  prélèvements  et  une  analyse  in  situ  sur  la  séquence  stratigraphique  conservée  sur   l'emprise  du  bassin  monumental  pour  une  étude  sédimentologique  (ex.  susceptibilité  magnétique).
  • réaliser  les  prélèvements  sur  la  séquence  stratigraphique  conservée  sur  l'emprise  du  bassin   monumental  pour  des  datations  C14.
  • réaliser  une  série  de  prélèvements  sur  la  séquence  stratigraphique  conservée  sur  l'emprise  du   bassin  monumental  pour  l'acquisition  ultérieure  de  données  géoarchéologiques  et   environnementales  (ex.  micromorphologie  des  sols).
  • analyser  les  prélèvements  sédimentaires  effectués  afin  de  :
    • caractériser  les  faciès  sédimentaires  et  les  modes  dépositionnels  (ex.  granulométrie,  Corg)
    • dater  la  mise  en  place  des  dépôts  (datations  C14)
    • mettre  en  parallèle  les  résultats  de  l'étude  avec  les  informations  issues  de  sondages  géotechniques   (non  archéologiques)  et  des  observations  profondes  déjà  effectuées  à  proximité  de  la  zone  d'étude   (données  fournies  par  la  Direction  de  l'archéologie).
  • réaliser  une  carte  géomorphologique
  • établir,  pour  début  novembre  2017  au  plus  tard,  un  rapport  de  stage  présentant  le  mode  opératoire,   les  types  d'analyses  effectuées,  des  propositions  d'interprétation  et  les  conclusions  de  l'étude.  Ces   données  seront  intégrées  dans  le  rapport  de  fouille  archéologique  de  la  campagne  2017.    

Profil

  • Étudiant  en  géographie,  géologie,  (géo)archéologie,  sciences  de  l’environnement   Niveau  M1  minimum  
  • Forte  motivation.  
  • Aptitude  au  travail  en  équipe,  à  la  compréhension  et  à  la  prise  en  compte  des   problématiques  archéologiques.  


 Encadrement  :    

-­Apolline  Louis,  Bruno  Bazin,  Direction  de  l'Archéologie,  ville  de  Chartres.   -­Dominique  Todisco,  Damase  Mouralis,  Département  de  Géographie,  Université  de  Rouen  

Une  gratification  de  3  mois  maximum,  à  hauteur  du  minimum  légal  est  proposée.  Une  convention  de  stage   sera  établie  avec  la  Direction  de  l'Archéologie  de  la  ville  de  Chartres.   Possibilité  de  logement  à  Chartres  pendant  la  durée  de  la  phase  de  terrain.    

Contact   Direction  de  l'Archéologie  ville  de  Chartres  :  apolline.louis@agglo-­ville.chartres.fr   Université  de  Rouen  :  dominique.todisco@univ-­rouen.fr