Thèse : Reconstitution historique des changements climatiques et de l’empreinte anthropique...

Reconstitution historique des changements climatiques et de l’empreinte anthropique dans les Andes au cours de l’Holocène

Secteur d'activité : Recherche et enseignement

Employeur : IRD/ISTerre

Localisation : Grenoble

Description :

Au cours de l’Holocène, de nombreux changements climatiques ont fortement affecté les écosystèmes et les sociétés précolombiennes en Amérique du Sud. Comprendre ces variations climatiques décennales à centennales nécessite l’analyse spatialisé et en haute résolution temporelle d’archives paléo-climatiques sur les derniers millénaires. Bien que de nombreuses études se soient attachées aux grands cycles plurimillénaires, peu d’études documentent l’Holocène qui est une période charnière en archéologie. La cordillère des Andes (~ 10° à 53 ° Sud) est une barrière naturelle entre les basses terres continentales et l’altiplano. La variabilité de la mousson sud-américaine, qui apporte l’humidité depuis l’Amazonie sur l’altiplano durant l’été austral (via des vents d’Est), est forcée par différents paramètres tels que les oscillations pacifique et atlantique, et le déplacement de la zone intertropicale convergente (ITCZ) vers le Sud. La variabilité climatique temporelle et régionale de l’altiplano andin fait aujourd’hui encore débat car les études existantes demeurent incomplètes ou paradoxales et ne permettent pas encore de renseigner son impact sur les avènements ou déclins des civilisations précolombiennes. Par ailleurs, les sociétés
précolombiennes, coloniales et modernes, par leurs activités (e.g., activités extractives, déforestation, exploitation des écosystèmes aquatiques…) ont induit des changements écologiques majeurs et impacté les écosystèmes ressource.

Profil :

Le/la candidat(e) devra posséder de bonnes connaissances en géochimie analytique et/ou en sciences de l’environnement (limnologie et sédimentologie) et avoir un attrait pour l’expérimentation (terrain et laboratoire) et le traitement des données spatialisées (SIG, rockworks (rockware), geomapping etc…).
Il/elle devra avoir un bon niveau d’anglais à l’oral comme à l’écrit.

Direction : Stéphane Guédron (CR IRD/ISTerre) & Géraldine Sarret (DR-CNRS/ISTerre-HDR)

L’encadrement principal sera assuré par Stéphane Guédron, avec Géraldine Sarret comme co-encadrante (équipe géochimie – Institut des Sciences de la Terre – Université Grenoble Alpes). La majorité des analyses géochimiques (ICP-MS & AES, Py-GCIRMS, CVAAS et MEB environnemental) et des caractérisations minéralogiques (XRD) seront effectuées à l’ISTerre et sur les plateformes de l’OSUG (LC-MS-MS, CHNS).

Retrouvez l'ensemble de l'offre