Emmanuel-Marie-Pierre-Martin JACQUIN de MARGERIE

Emmanuel de Margerie(Paris, 11 novembre 1862 – Paris, 24 décembre 1953)
Directeur du Service géologique d'Alsace et de Lorraine (1919-1933)
Prix Prestwich, 1912
Prix Gaudry, 1953

Président en 1899 et 1919

Né dans une famille fortunée, Emmanuel de Margerie fut éduqué par des précepteurs en marge du système éducatif officiel. Il acquit alors une parfaite connaissance des langues, notamment de l’anglais et de l’allemand, qu’il mit à profit tout au long de sa carrière pour se forger une connaissance encyclopédique de la littérature géologique et géographique. Doué d’un esprit analytique doublé d’un sens critique aigu, il fut ainsi en mesure de réaliser une œuvre bibliographique d’ampleur exceptionnelle.

Il se fit connaître en publiant, avec le tectonicien suisse Albert Heim, un petit ouvrage trilingue sur Les dislocations de l’écorce terrestre – Essai de définition et de nomenclature (1888). La même année parut un petit livre sur Les formes du terrain, fruit d’une collaboration avec Gaston de la Noë (1836-1902), directeur du Service géographique de l’Armée. On lui doit aussi d’avoir dirigé, de 1897 à 1918, l’édition de la traduction française de La face de la Terre du géologue autrichien Eduard Suess.

En 1919, Emmanuel de Margerie prit la direction du Service de la Carte géologique d’Alsace et de Lorraine, qu’il assura pendant quatorze ans. Il rédigea à cette époque un ouvrage sur Le Jura qui parut en deux parties (1922 et 1936) dans les Mémoires pour servir à l’Explication de la Carte géologique de la France.

On lui doit encore la réédition des Œuvres géologiques de Marcel Bertrand (1927-1931), les quatre volumes de Critique et Géologie – Contribution à l’histoire des sciences de la Terre (1943-1948) et deux volumes d’Études américaines – Géologie et géographie (1952 et 1954).

J. GAUDANT