Louis-Émile GENTIL

Louis Gentil(Alger, 15 juillet 1868 - Paris, 12 juin 1925)
Professeur de géographie physique à la faculté des sciences de Paris (1919-1925)
Prix Fontannes, 1903
Membre de l’Académie des sciences, 1923

Président en 1912

Louis Gentil étudia à Alger et s'orienta vers la chimie après avoir été un temps préparateur de botanique. Il décida finalement d'entreprendre des recherches minéralogiques en Algérie. Ses premiers travaux ayant eu pour cadre l'extrême Ouest algérien, il soutint en 1902 à Alger une thèse intitulée Esquisse stratigraphique et pétrographique du bassin de la Tafna, Algérie. Il passa ensuite au Maroc  pour entreprendre l’étude géologique de ce pays où il réalisa en 1904-1905 – revêtu du costume indigène ! – l'exploration du Haut-Atlas et de l'Anti-Atlas, encore insoumis. Il publia peu après ses souvenirs de mission sous le titre Dans le Bled es Siba. Explorations au Maroc (1906). À cette époque, il obtint un poste de maître de conférences de géographie physique à la Sorbonne (1905). Par la suite, Louis Gentil explora la Chaouïa, qu'il qualifia de "Meseta marocaine", puis la région littorale du Rif.

L’année 1912 fut bénéfique pour Louis Gentil car il publia la première carte géologique du Maroc et un important ouvrage sur Le Maroc physique, fut promu professeur adjoint à la Sorbonne et nommé par Lyautey conseiller scientifique après l'établissement du protectorat français sur le Maroc. Il consacra dès lors la majeure partie de son activité à la mise en valeur du pays dans des domaines aussi divers que l'agriculture, l'hydrogéologie, l'exploitation des phosphates et la prospection pétrolière. En 1920, il participa à la création de l'institut scientifique chérifien. Poursuivant ses propres travaux géologiques, il mit en évidence la structure en nappes de ce qu'il nomma la « zone prérifaine », dont il retrouva le prolongement en Andalousie (1918), soulignant ainsi l'analogie entre les domaines rifain et bétique. Il contracta malheureusement, en 1923, au cours d'une mission dans le Sud Marocain, l'infection qui allait l'emporter.

J. GAUDANT