Charles-Philippe-Ernest MUNIER, dit MUNIER-CHALMAS

Ernest Munier-Chalmas(Tournus, Saône-et-Loire, 7 avril 1843 - Aix-les-Bains, Savoie, 9 août 1903)
Professeur de géologie à la faculté des sciences de Paris (1891-1903)
Prix Viquesnel, 1876
Membre de l’Académie des sciences, 1903

Président en 1891

À la mort de son père qui avait été pharmacien, sa mère, Marie Chalmas, vint s'établir à Paris. Le jeune Ernest, qui n’avait pas fait d'études secondaires suivies, dut se contenter d'emplois modestes. Toutefois, son goût pour l'histoire naturelle l'incita à participer à des excursions naturalistes au cours desquelles il fut remarqué par Edmond Hébert qui lui offrit en 1864 un poste de préparateur.

Quinze ans plus tard, Ernest Munier-Chalmas (il avait en effet accolé à son patronyme celui de sa mère) était devenu le sous-directeur du laboratoire de géologie de la Sorbonne. Il secondait en outre Achille Delesse qui dirigeait les travaux pratiques de géologie à l'École normale supérieure. Lorsque Achille Delesse abandonna cette fonction en 1880, il fut remplacé par Ernest Munier-Chalmas qui, pour cela, était allé à Caen se faire décerner la licence ès sciences mais il ne soutint sa thèse de doctorat ès sciences qu’en février 1891, après que la mort d'Edmond Hébert eut rendu vacante la chaire de géologie de la Sorbonne.

En dépit d'une curiosité sans cesse en éveil et d'une activité débordante, Ernest Munier-Chalmas a laissé une œuvre écrite fort mince constituée principalement de notes brèves. Il l'a résumée dans sa Notice sur les travaux scientifiques..., rédigée en vue de sa candidature réussie à l'Académie des sciences (1903). On y remarque la grande diversité des thèmes abordés, au premier plan desquels prennent place la paléontologie (Ernest Munier-Chalmas s'est intéressé à une dizaine de groupes d'invertébrés) et la stratigraphie du Mésozoïque et du Cénozoïque. Il a également étudié le volcanisme du Vicentin dans ce qui constitue son principal ouvrage, l'Étude du Tithonique, du Crétacé et du Tertiaire du Vicentin (1891), et apporté d'intéressantes contributions à la minéralogie.

J. GAUDANT