Notice nécrologique de Maurice GOTTIS (1922–2005)

Cet article est publié en complément de la notice nécrologique publiée dans Géochronique n°96 "Carte géologique", décembre 2005.

MAURICE GOTTIS (1922–2005)

photo GottisMaurice Gottis Professeur Emérite de Géologie de l'université Bordeaux 3 vient de nous quitter. Ses obsèques ont eu lieu à Valros (Hérault), le 16 août 2005 où il s'était retiré en 1987.

L'université Michel de Montaigne (Bordeaux 3) doit beaucoup à Maurice GOTTIS.

Après la crise de 1968, il eut, parmi les premiers, l'intuition de l'importance d'associer les sciences de la terre à l'environnement (concept encore très peu développé à cette époque) pour exploiter les ressources minérales et énergétiques du sous-sol et réaliser les travaux d'aménagement ; il voyait une faculté de l'environnement à Bordeaux 3 intégrant les sciences de la terre, la géographie, l'aménagement, la biologie …

En 1969, il créait avec le professeur Michel Clin, et dirigeait l'institut de géodynamique à qui la loi d'orientation Edgar Faure de 1969 attribuait le statut d'Institut dérogatoire. Cet institut deviendra l'Institut EGID Bordeaux 3 en 1993.

C'est dans cette structure, que des premières formations professionnalisées en France ont été créées à Bordeaux 3 ; en 1976, la première maîtrise sciences et technique MST « géologie appliquée » devenue plus tard « ingénierie de l'eau, des géoressources et de l'environnement » ; en 1977, le premier DESS « géologie appliquée » ; en 1980, le premier DEA régional en géologie des ressources avec les universités Bordeaux 1, Pau et Toulouse.

Dès les années 70, il a oeuvré activement à Bordeaux 3, pour créer un laboratoire de physique appliquée à l'archéologie et pour développer l'écologie et la botanique ; ces dernières spécialités viendront renforcer la création de l'Institut d'aménagement.

En 1981, il est l'un des créateurs de l'UFR « aménagement et ressources naturelles » qui rassemble d'abord, l'Institut de géodynamique (Institut EGID BORDEAUX 3) et l'Institut d'aménagement, puis le centre d'éco-aménagement en 1998. En 2000, l'Institut d'aménagement rejoindra l'UFR de géographie ; les biologistes du centre d'éco-aménagement rejoindront en partie l'Institut EGID BORDEAUX 3 et l'Institut d'aménagement.

Son expérience antérieure, d'ancien ingénieur géologue et de directeur d'exploration dans l'industrie pétrolière française, a contribué à développer les coopérations scientifiques universités - entreprises. Avec la crise de l'énergie des année 1970, il fut l'initiateur et le promoteur infatigable de plusieurs projets d'exploitation des ressources géothermiques en Aquitaine et à Bordeaux ; on lui doit le chauffage géothermique de la piscine universitaire et d'autres réalisations régionales.

La contribution scientifique et didactique de Maurice Gottis est aussi importante.

Pendant toute sa carrière d'ingénieur, dans les années 1940 - 1950, il a contribué activement aux découvertes et à l'évaluations des ressources d'hydrocarbures en France et en Afrique du Nord.

Ingénieur mais conduisant en même temps une recherche scientifique académique, il publia de nombreux articles et présenta sa thèse de Doctorat d'État en 1957 « Contribution à la connaissance géologique du Bas-Languedoc » qui donna une interprétation originale de la géologie régionale et de la Méditerranée.

Nommé professeur à l'université de Bordeaux, il fût l'un des créateurs de l'Institut de géologie du bassin d'Aquitaine avec le soutien de l'industrie pétrolière où il a apporté son expérience de la sédimentologie associée à la tectonique des bassins sédimentaires.

Directeur de nombreuses thèses, il eut toujours le souci de susciter la créativité des plus jeunes ; dès les années 1970, malgré le scepticisme académique, il fut l'un des tous premiers en France, en relation avec l'astronome belge André Berger, à réhabiliter et à enseigner les cycles de Milankovitch (travaux d'astronomie des années 1940 contestés et oubliés !) liés à la position de la terre autour du soleil (excentricité, obliquité et précession de l'orbite terrestre) pour interpréter la stratification et les séquences sédimentaires liées aux paléoclimats et aux variations du niveau marin. Depuis 20 ans, cette réhabilitation scientifique, reconnue par toute la communauté, a renouvelé en profondeur les concepts et les méthodes actuelles en géologie sédimentaire, en géologie du Quaternaire, en climatologie et paléoclimatologie, en océanologie …

Maurice Gottis était un « passeur » grâce à ses connaissances et à sa culture qui dépassaient les frontières d'une discipline. Aussi exerçait-il sur ses auditeurs et collaborateurs une attirance et une admiration rare, même, si ceux-ci ne saisissaient pas toujours la perspective immédiate de l'idée nouvelle !

Ses collègues et ses étudiants n'oublient pas les leçons d'humanisme, d'amitié, d'élégance, de tolérance, de ténacité, de disponibilité permanente aux autres, du professeur Maurice Gottis. Toujours en avance sur son temps, sur l'Autre Rive, il a rejoint ces femmes et ces hommes qui, avec Michel de Montaigne, philosophe éponyme de notre université, nous apportent la force de l'Esprit pour continuer à cheminer ouverts à tous et au monde au-delà des divisions académiques arbitraires de la connaissance.

« Adieu l'Ami »

L. HUMBERT, Novembre 2005