• Le fonds

Auteurs : Maurice Chenevoy et Michel Piboule
Editeurs : EDP Sciences - Collection Grenoble Sciences
Nombres de page : 619
Prix public : 49 €
Date de parution : 18/10/2007


Cet ouvrage est un traité ou un manuel sur les processus qui interviennent dans l’hydrothermalisme. On a l’habitude depuis un siècle de voir plutôt traités les gisements minéraux (De Launey, 1913 ; Lindgren, 1933 ; Emmons, 1936 ; Bateman, 1950 ; Routhier, 1963, etc.) pour lesquels le débat se situe sur l’origine génétique des minéralisations, les processus d’héritage entre types de gisements, ou les provinces métallogéniques. Dans le cas présent, ce sont les processus à l’origine des concentrations minérales qui sont présentés. Les propriétés physiques et chimiques de l’eau sont au centre de ces processus, conjointement avec les comportements géochimiques des éléments.

L’ouvrage est ainsi organisé en trois parties. La première est une introduction sur l’eau et les solutions, depuis le pouvoir solvant de l’eau jusqu’au dépôt minéral. On notera en particulier l’intérêt des développements consacrés aux phénomènes à l’interface minéral – solution et notamment la complexation. La 2ème partie aborde les fluides hydrothermaux et la spéciation métallique. Après une présentation sur la nature des fluides hydrothermaux et leur physico-chimie, un long développement est consacré à la spéciation élémentaire qui a le grand intérêt de présenter les caractéristiques de spéciation des principaux groupes d’éléments : éléments des gangues, métaux ferreux, métaux précieux, métalloïdes, métaux de base, etc. Avec la 3ème partie, on rentre dans les systèmes hydrothermaux eux-mêmes, pour lesquels, les auteurs distinguent les systèmes océaniques et les systèmes terrestres. Une abondante bibliographie et un index complètent cet ouvrage.

C’est dans cette 3ème partie, qu’on aurait bien vu proposer un lien plus étroit avec la typologie des gîtes minéraux, sur laquelle règne un relatif consensus aujourd’hui, comme contribution au dialogue entre chimistes, pétrologistes et métallogénistes. Quoiqu’il en soit, l’ouvrage proposé remplit manifestement un vide et complète la panoplie des outils destinés à mieux comprendre comment se font les transferts d’eau et de solutés. Ceux qui s’occupent de contamination des eaux trouveront également dans cet ouvrage des éléments de connaissance sur les caractéristiques régissant tel ou tel type de contaminant. On voit donc clairement que la gamme des utilisateurs de cet ouvrage est large, puisqu’elle va des chercheurs fondamentaux sur les processus de l’hydrothermalisme jusqu’aux praticiens de la métallogénie ou encore ceux qui étudient les pollutions de l’eau et le transfert des contaminants.

La Rédaction