360 F 30048671 zo6yATKHPV2qPQxEoqfbtDsRVpj9UNlK

facebooklinkedintwitter youtube
  • Le fonds

Dossier Dernier numéro publié - revue Géologues

Voici le dernier numéro publié. Vous pouvez vous le procurer en le commandant directement depuis notre boutique en ligne : cliquer ici

Dans cette rubrique, vous ne pouvez télécharger que le sommaire et l'édito. Si vous êtes abonnés à la revue en format PDF, vous devez vous connecter sur le site en cliquant ici et l'accès à l'intégralité des numéros se trouve dans l'espace Adhérent.

Documents

pdf 212 - Sites et sols pollués

172 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

Sommaire de ce numéro

  Editorial  

  Actualité 

  • Transition(s) 2050 : Les scénarios de l’ADEME pour mener la transition écologique - François Leparmentier
  • Des émissions massives de méthane détectées depuis l’espace
  • CO2MVS, le futur système satellitaire d’identification des émissions anthropiques de CO2
  • Métropole du Grand Paris : Une cartographie pour la géothermie de surface
  • France 2030 : Le rapport « Varin » sur la sécurisation de l’approvisionnement en matières premières minérales remis au Gouvernement
  • Avenia et Institut Carnot ISIFoR Club Innovation Environnement « Sites et Sols Pollués » du 11 février 2022
  • Projet EuGeLi : Production de lithium à partir d’une saumure géothermale
  • Séismes passés en France métropolitaine : le site SisFrance refondu
  • Nouveau magazine Géodiversité en France de la Société Géologique de France
  • La journée internationale de la géodiversité
  • Le vingtième anniversaire de Gis Sol, Groupement d’intérêt scientifique sur les Sols

 

  Jeune entreprise  

  • Tellux : L’innovation au service du diagnostic des sols pollués - François Leparmentier avec la société Tellux

 

  Décryptage  

  • Les métiers des géosciences et les enjeux du XXIe siècle - François Leparmentier

 

  Analyse d'ouvrage  

  • Pétrole, le déclin est proche - François Leparmentier

     

  Résumé de thèse  

  • Analyse de la structure du socle paléozoïque hainuyer - Implications sur les caractéristiques des réservoirs profonds - Nicolas Dupont

 

 

  Dossier  : Sites et sols pollués 

L’URGENCE DE PRÉSERVER LES SOLS ET LA NÉCESSAIRE INTERVENTION DES SCIENCES SOCIALES ET PARTICIPATIVES

  • Sols pollués : un enjeu sanitaire et environnemental méconnu - L’urgence d’une nécessaire protection de la qualité des sols - Laura Verdier

La pollution des sols est une menace bien réelle pour la santé humaine et la biodiversité, mais peu prise en considération sur le plan politique et juridique, tant en France
qu’en Europe. Oublier la protection des sols, c’est oublier la préservation d’un bien commun indispensable à la vie sur Terre. Il est temps de passer à l’action et de faire émerger la thématique des sols pollués dans le débat public de la protection de l’environnement.

  • Reconversion des sites et sols pollués : l’apport des géosciences et des sciences sociales et participatives Dominique Guyonnet, Cécile Le Guern, Samuel Coussy, Fenintsoa Andriamasinoro et Valérie Guérin

La reconversion des sites dégradés (sites industriels pollués, anciens sites miniers, …) relève d’enjeux multiples : environnementaux et sanitaires en lien avec les possibles impacts des contaminations, mais aussi de revalorisation du foncier, de réduction de l’artificialisation des sols (reconstruire la ville sur la ville), de biodiversité, etc. Si l’apport des géosciences dans ce contexte est primordial, le spécialiste des Sciences de la Terre doit aussi composer avec la pluridisciplinarité de la thématique et faire preuve d’ouverture, y compris vers les sciences sociales et participatives, pour accompagner la transition de ces territoires dégradés vers de nouveaux usages.

 

FOCUS SUR QUELQUES OUTILS DE RECHERCHE DES POLLUTIONS ET QUELQUES DOCUMENTS MÉTHODOLOGIQUES

  • Les cartes départementales interactives des métaux et aléas associésMichel Bonnemaison et Fabien Koutchekian

Le sous-sol français regorge de métaux critiques ! Ce slogan médiatique n’est pas fondamentalement faux, mais il mérite d’être précisé et validé : Quels sont-ils ? Où sont-ils ? Sont-ils socialement, techniquement et économiquement exploitables ? Quels impacts ont-ils aujourd’hui sur notre environnement ? Quels impacts auraient-ils si nous devions les explorer ou les exploiter ? À toutes ces questions, les cartes interactives apportent une réponse claire pour un très large public, du particulier au spécialiste, soucieux de s’informer avec un maximum de simplicité et d’exhaustivité.

  • Surveillance et gestion des nuisances environnementales  - La rédaction

Le diagnostic de la qualité de l’air,maintenant exigé par la réglementation, fait partie de la problématique des sites et sols pollués. La société ECOMESURE propose une station connectée multicapteur qui permet l’identification de pollutions de diverses natures et l’alerte en temps réel. En couplage avec cette station, le laboratoire EUROFINS ANALYSES de l’AIR a développé une technique d’analyse de l’air pollué à partir d’échantillons prélevés grâce à des canisters.

  • Quand l’amiante environnemental s’invite sur un chantier… - Brice Sevin, Vincent Perin et Xavier Delamotte

Après le bâti, c’est au tour des sols d’être concernés par l’obligation d’effectuer un repérage avant travaux de l’amiante. L’amiante, une substance cancérigène avérée pour l’Homme, peut en effet se trouver naturellement dans certains sols et sous-sols. Face à ce problème de santé publique, il faudra donc désormais rechercher tous les objets géologiques susceptibles de contenir de l’amiante environnemental dans les sols et les roches en place avant d’effectuer des travaux.

  • Sites et sols pollués… en pratique - La rédaction

 

LA BIOREMÉDIATION

  •  Gérer les Sites et Sols Pollués par phytomanagement Yann Thomas, Maha Deeb Collet, Anaëlle Prieur, Gaylord Machinet et Renaud Avocat

Le phytomanagement est une approche globale de traitement des pollutions des sols, faisant appel aux phytotechnologies. Ses avantages par rapport aux méthodes physico-chimiques sont présentés, en termes de coûts,mais également de services écosystémiques. Il n’est toutefois pas adapté à toutes les formes de pollution et les limites à son utilisation sont décrites. Deux exemples de mise en oeuvre du phytomanagement concluent l’article.

  •  La mycoremédiation des sols - Une revueReine Malek, Mathieu Pillet et Gilles Burban

Les millions de sites européens pollués par des métaux lourds ou des polluants organiques engendrent des problèmes socio-économiques et environnementaux majeurs. La mycoremédiation apparaît comme une technologie prometteuse dans le paysage des solutions de dépollution des sols. Elle s’appuie sur l’utilisation des capacités multiples des champignons filamenteux pour filtrer, dégrader, ou accumuler des polluants organiques ou inorganiques très toxiques pour l’homme, les animaux et les plantes.

  •  Anciennes haldes des Avinières (Gard) : la phytostabilisation au service d’une mise en sécurité innovante - Pierre Rossler et Souhir Soussou

Sur l’ancien site des Avinières dans le Gard, la fermeture de la mine, il y a plus d’un siècle, n’a pas été accompagnée de travaux de réaménagement. Les haldes de l’exploitation, déversées à flanc de coteau subissent une érosion intense, liée au contexte topographique du site (pentes de l’ordre de 30 à 35°) et climatique (zone soumise aux épisodes pluvieux cévenols). La forte teneur en métaux des stériles (2 à 5% de plomb, 4 à 5% de zinc) et l’érosion active des haldes empêchent toute recolonisation naturelle du site par la végétation et induisent une contamination de l’environnement. La phytostabilisation des haldes par des plantes autochtones est une solution innovante permettant la réduction des transferts par les voies de contamination et la mise en sécurité du site.

 

FOCUS SUR QUELQUES EXEMPLES DE POLLUTION

  •  La pollution du delta du Niger : désastre environnemental et tragédies humaines - François Leparmentier

Le territoire de l’Ogoni se situe au Nigéria, dans la partie sud-est du delta du fleuve Niger. Il a été le cadre d’opérations d’exploration et production pétrolières qui se sont traduites par une pollution chronique aux hydrocarbures. Celle-ci a gravement mis en péril la santé et l’activité économique des communautés autochtones. C’est l’histoire de ce qui constitue très probablement la plus importante destruction des écosystèmes provenant d’une activité industrielle que relate le présent article.Malgré la forte médiatisation internationale, la contestation des responsabilités et les conflits internes au pays, puis l’insuffisance des réparations se traduisent par un coût social particulièrement élevé et une atteinte durable à l’environnement.

  •  Site pollué par du chrome VI : Diagnostic et Plan de GestionSandrine Augy et Jean-Daniel Vilomet (ABO-ERG)

Une usine qui a cessé depuis peu son activité va être réhabilitée en une zone d’activités.Afin de gérer les risques liés aux sols et aux eaux souterraines éventuellement pollués, un diagnostic des milieux et un plan de gestion doivent être étudiés. Les investigations montrent que le sol et les eaux sont essentiellement impactés par du chrome VI ; un panache de pollution des eaux souterraines sort du site. Le plan de gestion propose la mise en oeuvre d’un traitement par injection d’une solution réactive permettant la réduction du chrome VI en chrome III.

  •  L’enjeu des pyrites dans la construction à MontréalMaxime H. Rousseau

L’article décrit les désordres causés aux bâtiments de la banlieue de Montréal en liaison avec la présence de pyrite dans les remblais rocheux sous la dalle de béton. Celle-ci, en présence d’oxygène, d’eau ou de chaleur,peut engendrer la création de minéraux secondaires et provoquer le gonflement du remblai rocheux, exerçant ainsi une pression sur les infrastructures. La problématique a été prise en charge par le gouvernement du Québec avec l’adoption de protocoles et la mise en place de normes qui ont permis de réduire les désordres occasionnés.

  •  La gestion des terres polluées du Grand Paris ExpressStéphane Gaffié et Thomas Gaudron

La réalisation du réseau de métro du Grand Paris Express nécessitera l’excavation d’environ 45 millions de tonnes de déblais. Si la très grande majorité de ces déblais est issue des formations géologiques profondes et correspond à des terres naturelles, environ 2 % sont considérés comme pollués en lien avec les activités humaines, notamment dans les horizons de surface. Afin de gérer au mieux les risques liés à la présence de ces pollutions, la Société du Grand Paris a décliné sur l’ensemble des emprises des futurs ouvrages, la démarche issue de la méthodologie nationale des sites et sols pollués, dans le cadre d’une approche multisite. Afin de sécuriser la gestion de ces terres après excavation, elle a mis en oeuvre d’autre part un dispositif novateur de traçabilité dématérialisé, ainsi qu’un conventionnement avec l’ensemble des exutoires et sites de traitement des terres.

 

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)