360 F 30048671 zo6yATKHPV2qPQxEoqfbtDsRVpj9UNlK

facebooklinkedintwitter youtube
  • Le fonds

Documents

pdf 220 - Les Solutions fondées sur la Nature

58 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

Sommaire de ce numéro

  Editorial   

  Actualité  

  • L’Union européenne : une loi sur la restauration de la nature
  • La célébration des 75 ans de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature
  • La deuxième édition des Trophées Life ARTISAN de l’adaptation au changement climatique
  • La journée mondiale des zones humides 2024 sur le thème du bien-être humain

 

  Formation  

  • Le Cnam ouvre deux écoles dédiées aux transitions
  • Sciences Po : L’inauguration de l’Institut pour les transformations environnementales

 

  Regard sur  

  • PYCAFIX : un projet de R&D de décarbonation géo-inspiré - Thibaut Fleury et Marc Blaizot
  • Deux exemples du rôle de l’expertise pour les risques de mouvements de terrain : les Ruines de Séchilienne et le glissement du Chambon (Isère) - Laurent Dubois et Jean-Louis Durville

L’article présente deux exemples contrastés : le cas de Séchilienne (Isère), vaste mouvement de versant, provoquant une pseudo-crise qui s’installe dans la durée et le glissement du Chambon (Isère), créant une situation de crise brutale. Dans les deux cas, un comité d’experts fut mobilisé par la puissance publique.

  • Le barrage du Chavanon, un géant inachevé - Vincent Thiery

À environ 3 km à l’WNW de Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme),sur le Chavanon,un très important barrage devait être construit au cours du premier tiers du XXe siècle (190 millions de m3 d’eau !). Pour différentes raisons (notamment les perspectives de la construction plus au sud du barrage de Bort-les- Orgues sur la Dordogne,dont le Chavanon est un affluent) le chantier fut arrêté le 31/03/1926. De nombreux vestiges sont encore bien visibles, quoique cachés par la végétation qui a repris ses droits, et le site est toujours sous concession EDF.

  • Le phytomanagement : le génie végétal au service de la gestion des sites et sols pollués - Alexandre Perlein, Ali Kanso, Anaëlle Prieur, Aurore Jacquot, Jérôme Billon, Yann Thomas et Gaylord Machinet.

La société Microhumus présente le phytomanagement comme une alternative aux techniques physico-chimiques pour le traitement des sites et sols pollués, lorsque les surfaces ou volumes à traiter sont importants. Cette technique allie l’utilisation de phytotechnologies (capacité des plantes à réduire par différentes fonctions l’exposition des personnes et du milieu naturel aux polluants) et des solutions de valorisation complémentaire des sites concernés.

 

  Dossier  : Les Solutions fondées sur la Nature  

UNE INTRODUCTION AUX SOLUTIONS FONDÉES SUR LA NATURELE

  • Les Solutions fondées sur la Nature : une alternative pertinente aux solutions grises - Nicolas Rodrigues

Le concept de Solution fondée sur la Nature a été introduit en 2009 par l’UICN, en tant que notion appuyée sur les approches écologiques déjà existantes. Il obéit à un certain nombre de critères et les projets doivent suivre un cadre rigoureux de conception, de mise en oeuvre et d’évaluation. Les politiques de lutte contre le changement climatique, de préservation des écosystèmes et de prise en compte des problématiques sociétales associées font de plus en plus appel aux SfN dont les exemples d’application, enjeux et perspectives sont présentés.

 

QUELQUES EXEMPLES DE PROJETS DE SfN

  • La remise en eaux libres de l’étang de loisirs de la commune de Concoret (Morbihan) - Anne Ribereau-Gayon et Chantal Bourhis

La commune de Concoret avait identifié, depuis le milieu des années 2010, une problématique d’envasement et d’eutrophisation de son étang de loisirs créé dans les années 1970. En 2018, sous l’impulsion du Syndicat mixte du grand bassin de l’Oust, et avec l’appui du Centre permanent d’initiatives pour l’environnement Forêt de Brocéliande, la municipalité a pris la décision de redonner place à la rivière en effaçant cet étang communal. Cet article présente l’ensemble de la démarche : le territoire et la zone d’étude avec ses problématiques, puis le projet aussi bien sur le plan technique que sur celui de la sensibilisation et de l’ acceptation sociale.

  • Les Solutions fondées sur la Nature pour prévenir les risques littoraux - Denis Gateau, Céline Perherin et Sébastien Gallet

Le présent article traite des Solutions fondées sur la nature (SfN) pour prévenir les risques littoraux. Il détaille tout d’abord les services écosystémiques utiles dans un objectif de protection vis-à-vis des aléas littoraux (submersion marine, recul du trait de côte et migration dunaire). Il présente ensuite les actions les plus courantes répondant à cette définition, qu’elles soient des interventions humaines, directement sur les milieux, ou des mesures de gestion qui réduisent réduisent les pressions sur les milieux, et fait le lien avec les services écosystémiques qu’elles servent. Les exemples de la gestion des cordons dunaires et des milieux sont enfin détaillés.

  • La restauration écologique du Rhône, une application des Solutions fondées sur la Nature ? - Christophe Moiroud, Stéphane Guérin et Céleste Joly

Cet article présente les enjeux du programme de restauration écologique du Rhône qui fonde son principe sur les actions des Solutions fondées sur la Nature. Ils consistent à préserver et restaurer les services écosystémiques tout en conciliant les défis socio-économiques. La mise en oeuvre de ce programme porté par tous les acteurs du fleuve s’inscrit dans une démarche durable et s’applique à une large échelle de territoire et dans le temps.

 

ADAPTO : UN PROJET EUROPÉEN EN SOUTIEN AUX SfN

  •  ADAPTO, résultats et apprentissage d’un projet devenu démarche d’adaptation : Les Solutions fondées sur la Nature à l’interface terre-mer - Adrien Privat et Mathilde Chiaradia

De 2017 à 2022, le projet ADAPTO,porté par le Conservatoire du littoral et le BRGM a permis de mener sur 10 sites littoraux français autant de démarches d’adaptation au changement climatique cherchant à utiliser, face aux risques littoraux, des Solutions fondées sur la Nature valorisant le rôle et le fonctionnement des habitats côtiers dans une gestion souple du trait de côte. Ce projet a permis de capitaliser autant en termes de résultats pratiques sur ces 10 sites qu’en apports méthodologiques pour une réplication sur de nouveaux territoires.

  • La renaturation du site des Vieux Salins d’Hyères - Pauline Bouzat et Mathilde Chiaradia

Dans le cadre du projet Adapto, après un dialogue approfondi avec les partenaires concernés, un désenrochement et une restauration du cordon dunaire ont été mis en place sur le littoral des Vieux-Salins d’Hyères (Var) pour rétablir la mobilité du trait de côte et restaurer les dynamiques sédimentaires naturelles. Entre 2011 et 2020, trois phases de désenrochement se sont succédées sur la majeure partie de l’ouvrage (près de 700 mètres linéaires).Ces opérations ont permis le retour d’une plage sableuse, tout en maintenant le trait de côte au même niveau. Une atténuation de l’érosion sur le site a aussi été observée par la restauration du transit hydrosédimentaire. Les différentes études menées ont mis en lumière les bénéfices économiques, écologiques, paysagers et pédagogiques de la gestion souple du trait de côte dans ce cas.

 

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

pdf 219 - La gestion des eaux souterraines

128 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

GEOC217 couvSommaire de ce numéro

  Editorial   

  Actualité  

  • La Place forte de l’hydrogéologie de bassin et des nappes à grande inertie - Bruno de Grissac et Alain Dupuy
  • Retour sur le colloque gestion des eaux souterraines de février 2023 à BORDEAUX - Alexis Robert (AHSP), Bruno de Grissac (SMEGREG), Alain Dupuy (ENSEGID)
  • Compte-rendu de l’excursion hydrogéologique au Maroc (Atlas et dorsale calcaire) 21-29 octobre 2023 - Laurence Chery

 

  Dossier  : La gestion des eaux souterraines  

HYDROGÉOLOGIE RÉGIONALE - GESTION LOCALE

  • Étude géologique de l’anticlinal de Villagrains-Landiras : apport du retraitement et du réexamen de données sismiques 2D en vue d’améliorer la compréhension du fonctionnement des systèmes aquifères dans le Sud-Gironde - Pierre Bourbon, Aurélien Bordenave, Éric Lasseur, Stéphane Marc et Laure Capar

Le retraitement ainsi que le réexamen d’un ensemble de données sismiques pétrolières anciennes et de diagraphies de forages ont permis d’identifier une structuration polyphasée qui apporte une vision actualisée de l’évolution tectono-sédimentaire de la structure anticlinale de Villagrains-Landiras (Gironde, France). Ainsi, l’existence d’une tectonique synsédimentaire marquée dans la première moitié du Crétacé supérieur, probablement dès le Turonien, a une forte implication sur la vision de la géométrie des unités géologiques ainsi que sur la connaissance des circulations hydrogéologiques dans ce secteur.

  • Influence d’une structure anticlinale dans les modalités d’échanges et de recharge d’un système multicouche : l’exemple du système aquifère du Cénomanien dans le Sud de la Gironde (France) - Cloé Labat, François Larroque, Bruno de Grissac, Alain Dupuy et Marc Saltel

La sollicitation croissante des nappes, associée à une vulnérabilité accrue, nécessite de rechercher de nouvelles ressources pour l’alimentation en eau potable. L’aquifère du Cénomanien est ciblé en Gironde au coeur de l’anticlinal de Villagrains-Landiras. L’article décrit le fonctionnement hydrogéologique d’un système aquifère multicouche aux abords d’une structure anticlinale et les potentielles connexions hydrauliques entre l’aquifère cible, les aquifères sus-jacents et les eaux de surface.

  • Caractérisation transdisciplinaire d’un aquifère côtier complexe pour une exploitation maîtrisée et durable de sa ressource en eau face au changement global : le projet DEM’EAUX ROUSSILLON - Caballero Yvan, Duvail Cédric, Chazot Sébastien, Bouchette Frédéric, Dobricean Octavian, Allouis Tristan, Assembaum Michel, Balouin Yann, Bassetti Marie-Angela, Baudouy Lucie, Berne Serge, Bosio Camille, Bourgine Bernard, Bourrin François, Brun Laurent, Champollion Cédric, Chauveau Mathilde, Dall’alba Valentin, Dewandel Benoît, Fioravanti Anna, Garin Patrice, Henry Gilles, Issautier Benoît, Jacob Thomas, Laouenan Sonia, Ladouche Bernard, Lanini Sandra, Laurent Sylvain, Le Ber Erwan, Lemoigne Nicolas, Le Moing Floriane, Loiselet Christelle, Lofi Johanna, Mauffrey Marie-Aline, Meslard Florian, Montginoul Marielle, Nadal Grégoire, Neverre Noémie, Palvadeau Éric, Petit Adrien, Pezard Philippe, Raynaud Jean-Baptiste, Renard Philippe, Rinaudo Jean-Daniel, Schorpp Ludovic, Seguin Laura, Tachrift Hichem et Vigouroux Philippe

Le Plio-Quaternaire du Roussillon est un aquifère multicouche côtier, contenant une ressource en eau souterraine essentielle pour le département des Pyrénées Orientales, en particulier pour la Communauté Urbaine de Perpignan et les villes balnéaires à l’activité touristique importante. Cette ressource est soumise à une exploitation intense qui la rend vulnérable vis-à-vis du risque d’intrusion d’eau de mer et d’un climat futur de plus en plus chaud et sec. Cet article présente les principaux résultats du projet « Dem’Eaux Roussillon » (2017-2022), qui a permis de décrire le comportement de cette ressource et ses interactions avec son environnement physique et anthropique, fournissant ainsi des clefs pour sa gestion future.

  • Les ressources en eau potable des îles de Houat, Hoëdic et Belle-Île-en-Mer : des exemples de gestion de la rareté de la ressource en eau dans la perspective du changement climatique - Arnaud Le Gal

Eau du Morbihan, syndicat mixte de production et de distribution d’eau potable, a en charge la gestion des ressources en eau potable sur les îles de Houat, Hoëdic et Belle-Ile-en-Mer, non raccordées aux réseaux d’eau potable du continent. Sur ces îles, l’eau est rare, sa gestion est historiquement parcimonieuse. Les solutions mises en oeuvre sont des exemples qui pourront être appliqués sur le continent dans la perspective du changement climatique.

  • Anticiper les déficits ressources-besoins en eau potable et évaluer l’efficacité de mesures de sécurisation : un exercice de modélisation participative dans le Sud-Finistère Noémie Neverre, Cyril Bourgeois, Alexandre Boisson, Jean-Daniel Rinaudo

Un modèle hydro-économique de l’approvisionnement en eau potable a été développé et utilisé avec les acteurs du territoire du Syndicat Mixte de l’Aulne.Cet outil exploratoire à moyen-long terme a permis d’anticiper les déficits ressources-besoins des collectivités et leurs besoins de sécurisation face notamment au changement climatique, d’évaluer l’efficacité de différentes mesures et combinaisons de mesures d’adaptation, et ainsi permettre l’émergence d’une stratégie de gestion collective.

 

LES TECHNIQUES D’INVESTIGATION

  • L’électromagnétisme héliporté, un outil pour la caractérisation et la gestion des ressources en eau souterraine : application aux aquifères de la bordure nord-est du Bassin aquitain dans le cadre du projet Eaux-SCARS - Barrière Jérôme, Allanic Cécile, Andrieu Simon, Bourbon Pierre, Briais Justine, Cabaret Olivier, Husson Églantine, Issautier Benoît, Lasseur Éric, Raingeard Anne et Reninger Pierre-Alexandre

Les aquifères carbonatés du nord-est du Bassin aquitain sont confrontés à de forts enjeux de gestion alors même que leur géométrie et leurs interconnexions sont à ce stade mal comprises. Pour limiter les incertitudes hydrogéologiques, l’électromagnétisme héliporté a été expérimenté à deux échelles différentes sur ce territoire. Un retour d’expérience est présenté sur les modalités d’acquisition et d’interprétation, sur les avancées permises sur la compréhension géologique et hydrogéologique.

  • Une approche scientifique pluridisciplinaire pour caractériser des pertes en rivière en zone de socle : le site de l’Aff à usage eau potable (Morbihan, Bretagne) - Bruno Mougin, Arnaud Le Gal, Benoît Dewandel, Jean-Michel Schroëtter, Emmanuelle Petelet-Giraud, Sandra Lanini, Alexandre Boisson, Jean-Baptiste Charlier, Angélie Portal, Florian Koch et Virginie Vergnaud.

Une étude scientifique a été menée de 2017 à 2021 sur le principal site de production d’eau potable à base d’eaux souterraines d’Eau du Morbihan. Une approche scientifique pluridisciplinaire (hydrogéologie, géophysique, géologie, hydrologie, géochimie) a permis de préciser le fonctionnement hydrogéologique du site et notamment des pertes en rivière dans un aquifère de socle.

 

LES RESSOURCES EN EAU ET LA VILLE

  •  Anticiper et prédire les risques de manque d’eau sur une exploitation d’eau souterraine - Marjorie Bertrand, Jean Luchier et Rafik Ferraoun

En France, la majorité de l’eau extraite pour l’alimentation en eau potable provient des nappes souterraines. Ces dernières sont de plus en plus soumises au stress hydrique avec des étiages qui débutent plus tôt et durent plus longtemps. Cet article présente une méthodologie et une solution mises en oeuvre par IMAGEAU pour réduire et prédire le risque de manque d’eau sur les zones d’exploitation des eaux souterraines.

  • Suivi du complexe ouvrage-ressource d’un site de prélèvement d’eau souterraine dans le socle breton : l’exemple du site AEP de Traou-Guern (Côtes-d’Armor) - François Herbreteau et Koulman Mathieu

Le site de prélèvement d’eau souterraine de Traou-Guern constitue une ressource stratégique pour l’alimentation en eau potable d’une dizaine de communes côtières du Trégor (Bretagne nord). Le suivi piézométrique et de la qualité de l’eau mis en oeuvre sur un réseau actuel de quinze piézomètres a permis à la collectivité de mieux appréhender le fonctionnement de la nappe et d’adapter son exploitation en vue d’une gestion durable de la ressource.

  •  Influence de l’artificialisation du sol et du réchauffement climatique sur la performance d’un système géothermique ATES : le cas de l’ENSEGID - Jérémy Godinaud, François Larroque et Alain Dupuy

Les systèmes géothermiques de type Aquifer Thermal Energy Storage (ATES) permettent de stocker du « chaud » et du « froid » dans le sous-sol. Cette énergie thermique peut être utilisée par les bâtiments pour chauffer et rafraîchir des bâtiments permettant de réduire leurs émissions de carbone. Toutefois, lorsque l’aquifère ciblé est peu profond (< 100 m de profondeur) et situé en zone urbaine, il est soumis à des surplus de transferts thermiques venant de la surface du sol (phénomène d’artificialisation des sols et d’îlot de chaleur urbain). Ces phénomènes seront accentués dans le futur par le réchauffement climatique. Cet article se base sur le démonstrateur ATES de l’ENSEGID (Pessac, Gironde) pour étudier l’impact de ces phénomènes sur l’efficacité à très long terme du dispositif.

 

LES DIFFÉRENTES APPROCHES (MÉTHODOLOGIE, SOCIÉTÉ, GOUVERNANCE)

  •  Étude de l’impact du changement climatique sur les ressources en eau superficielles et souterraines, sur le périmètre du département de l’Aube - Marc-Éric Joffroy (Hydrogéologue) et Marie-Caroline Tiffay (Chargée de mission Stratégie 2100)

Le SDDEA et sa Régie se sont engagés dans un partenariat avec le BRGM pour étudier l’impact du changement climatique sur les ressources en eau superficielles et souterraines, sur le périmètre du département de l’Aube élargi. Différentes étapes sont mises progressivement en oeuvre pour construire le modèle mathématique d’aide à la gestion de l’hydrosystème.Celui-ci sera ensuite associé à un ensemble de simulations et de scénarios pour disposer de prédictions d’évolution des ressources, permettant de définir les stratégies d’investissement et d’adaptation.

  • Études HMUC : miracle ou mirage ? Retour d’expérience du SAGE SNMP - Caroline Sandner et Yoann Touret

Pour accompagner la détermination des « volumes prélevables», le SDAGE Loire-Bretagne prescrit aux SAGE de son territoire de mettre en oeuvre des analyses « Hydrologie, Milieux,Usages,Climat » (HMUC). D’un point de vue conceptuel, cette approche est séduisante. Mais sa mise en oeuvre est loin d’être facile, aussi bien en ce qui concerne les aspects techniques que de gouvernance. Voici un tour d’horizon des difficultés rencontrées et des avancées techniques réalisées à l’occasion de la mise en oeuvre d’une telle étude dans le cadre de la révision du chapitre « gestion quantitative » du SAGE Sèvre niortaise Marais poitevin,dont l’animation est assurée par l’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre Niortaise.

  •  Rapport sur la gestion durable des eaux souterraines (1996) : quel bilan peut-on en tirer 27 ans après ? Comment « rebondir » ? - Catherine Thouin, Patrick Lachassagne, Pierre Marchet et Michel Bakalowicz

Le Conseil Général des Mines a conduit en 1995, sous la direction d’Yves Martin, une mission de réflexion sur les modalités d’une gestion durable des eaux souterraines. Les préconisations du rapport ont ensuite connu des avancées variables et, en presque 30 ans, le contexte a été largement modifié. Pour un nouvel élan, un nouveau « rapport Martin » devient nécessaire car ce sujet n’est pas abordé à la hauteur des enjeux spécifiques qu’il représente.

  •  Contribution des organisations non gouvernementales (ONGs) dans l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) dans la région de Zinder (Niger) : focus sur l’ODD 6 relatif à l’eau, l’hygiène et l’assainissement - Mahamadou Zakari et Abdou Kailou Djibo

Pour faire face aux défis multiples de développement et dans le contexte marqué par l’agenda 2030, le Niger a créé les conditions d’émergence des ONGs.Ces dernières accompagnent les collectivités locales dans la planification et la mise en oeuvre des actions pour l’atteinte des ODD. Cet article analyse les contributions de ces ONGs dans l’amélioration de la gouvernance de l’eau et de l’assainissement dans les 10 départements de la région de Zinder.

 

POLLUTIONS DIFFUSES ET INTRUSIONS SALÉES

  •  Accroissement du risque d’intrusion saline dans les aquifères karstiques côtiers : exemple du système de Thau (Hérault) - Jean-Christophe Maréchal, Bernard Ladouche, Claudine Lamotte, Benoit Dewandel, Vivien Hakoun et Pierre Perrochet

L’aquifère karstique des calcaires jurassiques du pli ouest de Montpellier est confronté à des phénomènes temporaires d’intrusion d’eau saumâtre (appelés « inversacs ») par l'intermédiaire de la source sous-marine de la Vise, exutoire le plus en aval de l’aquifère, située dans l’étang de Thau à une trentaine de mètres de profondeur. Grâce à un dispositif expérimental innovant, des données inédites sur les débits de la Vise ont été acquises lors du dernier inversac permettant ainsi de proposer une hypothèse du mécanisme de mise en place de ce phénomène, validée par différentes approches de modélisation mettant en relation les conditions hydrologiques et hydrogéologiques avec le fonctionnement de la source de la Vise en période dite normale et en période d’inversac.

  • Rivages Normands 2100 : fédérer les acteurs académiques, institutionnels et territoriaux pour comprendre et s’adapter aux risques hydrogéologiques littoraux - Martin Le Mesnil, Alexandre Gauvain, Salomé de Foville, Frédéric Gresselin, Florence Poirier, Jean-Raynald de Dreuzy et Luc Aquilina

Le programme Rivages Normands 2100 vise à aider les territoires à s’adapter aux risques de remontées de nappes phréatiques induits par le changement climatique. Pour cela, des modélisations sont réalisées,permettant de simuler les niveaux de nappe selon les projections climatiques. Ces aléas sont ensuite croisés avec les enjeux des territoires, et une analyse des impacts socio-économiques est menée. Ces éléments permettent la co-construction de scénarios d’adaptation.

  •  Estimation des délais de renouvellement des eaux souterraines des captages prioritaires du bassin Rhône-Méditerranée. Une aide pour orienter les opérations de restauration de la qualité ? - Virginie Vergnaud, Stéphane Depardon, Laurent Cadilhac, Stéphanie Besson, Sylvie Jousse, Aurélie Guillou et Simon Abel

Cette étude réalisée sur le bassin Rhône-Méditerranée vise à estimer le temps de renouvellement moyen des eaux souterraines des captages prioritaires du bassin. Le temps moyen de renouvellement a été obtenu via l’analyse des concentrations en CFCs et SF6 et selon une méthodologie identique et rigoureuse déployée pour l’ensemble des points d’eau. Les résultats obtenus apportent des renseignements utiles pour piloter les actions de reconquête de la qualité de l’eau et adapter les programmes d’actions territoriaux avec les collectivités.

 

GESTION DES RESSOURCES EN EAU EN ZONE KARSTIQUE ET EN ZONE DE SOCLE

  •  Étude des relations karst-rivière par surveillance de la chlorophylle : intérêt et cas d’études - Hélène Geairon et Thierry Gaillard

La caractérisation des relations nappe-rivière en domaine karstique basée sur les outils standards de l’hydrogéologue est parfois insuffisante. Cet article expose deux cas d’utilisation de la chlorophylle-a comme traceur de phénomène d’inversac et plus généralement d’intrusion d’eau superficielle vers un système karstique.

  • Gestion et préservation des ressources en eau et rôle des eaux souterraines en domaine de socle dans l’adaptation au changement climatique - Démarches déployées en Mayenne - Alexis Robert

Dans le département de la Mayenne (5 175 km2), presque exclusivement concerné par le socle armoricain, des démarches ont été conduites dans le contexte du changement climatique et contribuant à préserver les ressources en eau et en améliorer la gestion grâce aux eaux souterraines : programmes de sensibilisation préventifs (Éco d’Eau Mayenne,Infiltr’Eau 53), réinjection des eaux d’exhaure de carrière en amont d’un captage (captage de la Houlberdière) et substitution des prélèvements d’eau potable vers les eaux souterraines à l’étiage.

  •  Présence de radon dans l’eau de deux captages exploités pour la production d’eau potable : mise en évidence d’émanations gazeuses conséquentes en radon nécessitant la mise en oeuvre de mesures de protection du personnel - Bruno Grua

Atlantic’eau a fait procéder à des mesures de présence de radon dans l’air au droit de deux sites de production d’eau potable alimentés par des captages d’eau souterraine où la présence de ce gaz est observée dans l’eau brute. Le partage du résultat de ces investigations vise à montrer l’intérêt de ces mesures, sur des sites de cette nature, vis-à-vis de la sécurité du personnel. Ceci, même dans le cas où les valeurs en radon dans l’eau sont inférieures à la valeur de référence de qualité eau potable.

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

pdf 218 - L'économie circulaire

118 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

GEOC217 couvSommaire de ce numéro

  Editorial   

  Actualité  

  • La Grande Dune du Pilat a grandi !
  • Nouvelle-Aquitaine et RGL
  • Un nouveau record pour la consommation et la production charbonnières mondiale en 2022
  • Le projet GeoMin3D : critères de favorabilité et défis communs pour l’exploration minière et la géothermie profonde - Gaétan Milesi, Patrick Ledru, Albert Genter, Guy Marquis, Eléonore Dalmais, Carole Glaas,Anthony Le Beux, Nicolas Flotté, Julien Mercadier
  • Favoriser le recours aux eaux non conventionnelles
  • Compte-rendu des Journées Régionales CFGI à Chamonix, 29-30 juin 2023, sur le thème Changement climatique et Géologie de l’ingénieur

 

  Regard sur  

  • Discussion sur les indices pétroliers de surface du gisement de gaz de Saint-Marcet (Occitanie, France) - Une couverture pétrolière non conventionnelle - Jean-Jacques Biteau

 

  Dossier  : L'économie circulaire  

LÉGISLATION ET ÉCONOMIE CIRCULAIRE

  • L’économie circulaire dans la législation française - Marc Brisebarre

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte de 2015 pose les bases de l’économie circulaire qui doit conduire à une croissance verte. La Feuille de route économie circulaire de 2018 et la loi anti-gaspillage (loi AGEC) de 2020 déclinent de manière opérationnelle les mesures à mettre en œuvre pour développer cette économie circulaire. Mais pour apprécier la pertinence de ces mesures, il est nécessaire de s’interroger sur l’offre et la demande des ressources naturelles et sur l’évolution de cette offre et de cette demande ; c’est l’objet du Plan ressources de 2018. Le volet transition énergétique, abordé dans les textes précédents, est l’objet principal de la loi Climat et résilience de 2021.

  • Les plans d’action de la Commission européenne pour une économie circulaire : contenu et résultats Marc Brisebarre

La Commission européenne a publié deux plans d’action pour une économie circulaire, le premier en 2015 et le second en 2020. Ces plans fixent notamment des objectifs en matière de conception circulaire des produits et des processus de production ; le second plan, d’autre part, assigne à l’UE un objectif ambitieux consistant à doubler d’ici à 2030 par rapport à 2020 son taux de circularité. La Cour des comptes de l’UE a publié en juillet 2023 un rapport d’évaluation de ces plans qui conclut à une transition encore lente vers l’économie circulaire.

 

L'EAU

  • Le Plan eau 2023 et son application à l’industrieMarc Brisebarre

Le Plan eau 2023 du gouvernement français vise à organiser la sobriété des usages pour tous les acteurs (atteindre -10 % d’eau prélevée d’ici 2030), optimiser la disponibilitéde la ressource (1000 projets de réutilisation des eaux non conventionnelles d’ici 2027...) et préserver la qualité de l’eau (prévention des pollutions, développement des solutions fondées sur la nature...). Dans le cadre de ce Plan, le gouvernement a engagé un travail plus particulier avec 50 sites industriels ICPE pour mettre en oeuvre des mesures ambitieuses de réduction de leur consommation d’eau.

  • L’eau recyclée : la gestion active des eaux usées traitées dans la métropole montpelliéraine - Montpellier Méditerranée Métropole

Montpellier Méditerranée Métropole, qui regroupe 31 communes et compte près de 500 000 habitants, traite dans ses 12 stations d’épuration 3 millions de m3/an. Pour répondre au manque croissant de disponibilité de la ressource en eau, elle expérimente des pratiques durables d’utilisation multi-usages et de valorisation des eaux usées traitées de 4 stations d’épuration selon 8 actions déclinées selon une phase opérationnelle, associée à des phases d’étude avec une analyse de faisabilité, d’expérimentation et d’exploitation.

 

LE BÂTIMENT ET LES TRAVAUX PUBLICS

  •  Évaluer le métabolisme des chantiers pour favoriser l’économie circulaire dans le Bâtiment et les Travaux Publics - Emmanuelle Moesch

Le BTP présente des impacts environnementaux importants (près de 30% des émissions de gaz à effet de serre, 49% des matières consommées et 70% des déchets produits chaque année). Mais la mise en oeuvre de l’économie circulaire à l’échelle des chantiers reste marginale, rencontrant aujourd’hui de nombreux freins, dont une évaluation lacunaire des flux entrants et sortants et de leurs impacts. Aussi la chaire Économie Circulaire et Métabolisme Urbain de l’université Gustave Eiffel a développé une méthodologie d’évaluation du métabolisme à l’échelle du chantier sous forme d’un logiciel gratuit, en open source, destiné aux maîtres d’ouvrage publics et privés et aux entreprises du BTP et qui est une simulation en amont des chantiers

  • La gestion des terres excavées pour le Grand Paris Express - Thomas Gaudron

Le projet du Grand Paris Express, nouveau métro francilien, nécessite l’excavation et la gestion de 47 millions de tonnes de terres. Face à ces enjeux, la Société du Grand Paris a défini et déployé une stratégie ambitieuse et innovante afin d’améliorer son impact environnemental ; cette stratégie vise à i) obtenir une traçabilité complète de chaque lot de terre, ii) évacuer plus de 15% des terres par un mode de transport autre que le routier et iii) utiliser à des fins utiles 70% des déblais.

  •  La valorisation des déchets miniers dans les matériaux de construction : quelques exemples - Vincent Thiéry

Compte-tenu de l’épineux problème environnemental que pose l’entreposage des déchets miniers, leur valorisation fait l’objet de recherches actives, dans un souci d’économie circulaire. Bien que des solutions existent depuis longtemps, de nouveaux matériaux sont sans cesse développés, selon des approches innovantes.

 

LES MÉTAUX

  •  Enjeux de l’économie circulaire pour les métaux : l’importance des mines urbaines - Aude Mortier

Selon une étude de l’OCDE en 2019, la consommation demétaux passerait de 7 à 19 milliards de tonnes par an. 3 ans plus tard, le rapport sur la sécurisation de l’approvisionnementde l’industrie en matières premières minérales, remis par Philippe Varin le 10 janvier 2022 au gouvernement, estime que les besoins mondiaux en cuivre devraient être multipliés par deux d’ici à 2030, par trois pour le nickel et par quatre pour le lithium.

  • Le recyclage des terres rares - Alain Rollat et Olivier Touret

Le marché des Terres Rares (TR) qui était d’environ 150 000 t d’oxydes de TR en 2020 devrait atteindre 200 000 t en 2030. Le principal marché tant en valeur qu’en termes de croissance est le marché des aimants permanents à destination des véhicules électriques et des éoliennes offshore. Le gisement d’aimants en fin de vie est déjà important, néanmoins le recyclage reste très faible hors de Chine ; Caremag, filiale de Carester, devrait ouvrir à Lacq en 2025 une usine d’une capacité de 2 000 t par an de recyclage d’aimants avec une double exigence de durabilité et de compétitivité.

  •  Approvisionner en métaux récupérés la transition énergétique - Michel Bonnemaison et Fabien Koutchekian

La mise en place de la transition énergétique en Europe demandera des quantités encore jamais vues de métaux rares qui, présentement, sont importés en quasi-totalité. Consciente de sa dépendance, l’Europe a lancé plusieurs projets de recherche dans le cadre de son programme Horizon 2020 (2014-2020) puis Horizon Europe (2021-2027). La société E-MINES a participé à trois projets d’Horizon 2020 :MSP REFRAM (étude approfondie de l’ensemble de la chaîne de valeur des principaux métaux réfractaires), TARANTULA (développement de nouvelles technologies métallurgiques pour l’exploitation de gisements anciens ou nouveaux et le recyclage des déchets miniers pour le tungstène, le niobium et le tantale) et E.THROUGH (cartographie les matières premières critiques dans les régions minières de l’Union européenne...).

D’autre part, avec la phyto-extraction la possibilité de produire certains métaux de la transition énergétique comme le nickel, le cobalt ou le lithium par voie agricole devient de plus en plus crédible.

 

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

pdf 217 - Les dépendances énergétiques et minérales de la France

188 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

GEOC217 couvSommaire de ce numéro

  Editorial   

  Actualité  

  • Un doublement du nombre des volcans sous-marins
  • Finlande : Mise en service de la centrale nucléaire EPR d’Olkiluoto
  • Le système assurantiel français face au changement climatique
  • Capture du CO2 par le béton
  • Valorisation des données géologiques de la SGP
  • Risques cavités : essais et expérimentations à la plateforme expérimentale et pédagogique de Saint-Maximin (60)
  • TINNOV
  • Clim’adapt
  • Quel futur pour les cours d’eau en 2050 ?

 

  Dossier  : Les dépendances énergétiques et minérales de la France  

STRATÉGIES FRANÇAISES D’APPROVISIONNEMENT : D’UN SIÈCLE À L’AUTRE

  • Besoins et approvisionnements de la France en énergies au siècle dernier : stratégies nationales d’adaptation - Maurice Allègre et Paul Alba

À l’heure où l’on s’interroge sur la mise en place de chaînes d’approvisionnements miniers nécessaires à la transition éner- gétique et écologique, et dont témoigne la récente création de l’OFREMI1, il nous a semblé pertinent de porter une réflexion sur la stratégie et les moyens industriels et humains qu’avait mis en place la France au XXe siècle pour assurer un approvisionnement énergétique durable alors qu’elle était largement dénuée, après la Première Guerre mondiale, de toute ressource pétrolière, gazière et uranifère. C’est à cette saga centenai- re, industrielle et capitalistique, basée sur un large et profond partenariat public-privé et déployée sur tous les continents, que nous convient les auteurs en espérant que nous nous inspirons, à l’avenir, de cette stratégie gagnante du passé.

  • Besoins et approvisionnements en métaux pour les énergies nouvelles - Stéphane Bourg

La transition énergétique alimente de nombreux travaux de l’OFREMI ou Observatoire français des ressources minérales pour les filières industrielles. Pour certains des métaux indispensables au développement des énergies renouvelables comme le silicium (pour le photovoltaïque), les terres rares (pour l’éolien), le lithium (pour les batteries), des gisements existent en Europe mais nous en sommes encore à un stade d’exploration, et il faudra donc prendre du temps pour développer des mines. Le recyclage viendra plus tard au-delà des rebus d’usine. Un autre point faible est constitué par la chaîne de transformation pour tous ces métaux.
Quant au développement de l’hydrogène (platinoïdes) et des batteries (Co principalement et nickel), il est plutôt handicapé par l’absence de gisements en Europe. La sécurisation des sources d’approvisionnement apparaît dans tous les cas indispensable.

  • Le « Critical Raw Material Act » : position de la France dans la stratégie d’indépendance minérale de l’Europe - Jérôme Gouin et Paloma Calice

La Commission européenne a publié le 16 mars 2023 le « Critical Raw Materials Act », un plan visant à garantir un approvisionnement sûr, durable et abordable en matières premières essentielles pour l’industrie européenne.Il va notamment favoriser l’établissement de projets miniers responsables et d’usines de raffinage sur le sol européen. L’évaluation de la criticité d’une matière première se base à la fois sur l’importance économique pour l’industrie et le risque d’approvisionnement qui se distribue sur toute la chaîne de valeur. En conséquence, ce plan propose une nouvelle liste de 34 matières premières critiques et/ou stratégiques et préconise un ensemble d’actions ayant pour objectif d’atténuer les risques liés à ces dépendances.

 

BESOINS ET APPROVISIONNEMENTS EN ÉNERGIES

  • Besoins et approvisionnements pétroliers européens et français : dépendances actuelles et perspectives - Olivier Rech et Marc Blaizot

La consommation de produits pétroliers repartie à la hausse en France en 2022 (70 Mt dont 50 milliards de litres de carburants routiers !) malgré un contexte de prix très hauts et d’un développement rapide de l’électromobilité, conduit à s’interroger sur l’origine des approvisionnements en pétrole (brut et raffiné) et les incertitudes futures quant au maintien d’une production par les pays aujourd’hui exportateurs.Tout converge pour penser qu’un déclin de la production pétrolière mondiale est inéluctable. La forte dégradation des productions et exportations russes, qui constituaient le socle de l’approvisionnement européen, ne fait que renforcer ce diagnostic qui constitue un signal d’alerte sérieux sur le risque d’approvisionnement pétrolier de la France, pourtant absolument indispensable à la transition énergétique.

  • Besoins et approvisionnements en uranium pour l’électricité française - Pierre Bertrand et Christian Polak

Soutenue initialement par les mines d’uranium métropolitaines, l’industrie minière française de l’uranium a vite tourné ses regards vers l’exploitation de mines à l’étranger avec le Kazakhstan, le Canada et le Niger. De plus l’ouverture du marché a aussi contribué à importer de l’uranium d’autres pays. Aujourd’hui, EDF est devenu le 1er client d’Orano Mining et Orano Mining son 1er fournisseur. Des sources multiples permettent d’assoir l’indépendance long terme de la France pour l’approvisionnement de l’industrie nucléaire nationale

  • Développer la géothermie en France pour satisfaire une demande de chaleur et de froid décarbonés - Christian Boissavy et Virginie Schmidlé-Bloch

Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, la décarbonation de la production de chaleur, qui représente 50 % de la consommation énergétique de la France,représente un levier considérable. Afin de relever ce défi, il faut prendre conscience de l’importance stratégique de notre sous-sol. La géothermie, bien qu’utilisée par 1,6 million de nos concitoyens pour se chauffer, ne représente néanmoins que 1 % de la consommation d’énergie en France. Le rapport éclairant du Haut-commissariat au plan2 et le plan d’action pour accélérer le développement de la géothermie présenté par la ministre de la Transition énergétique le 2 février 2023, montrent que la géothermie chaleur pourrait à moyen terme faire économiser 100 TWh/an de gaz naturel à notre pays. Une souveraineté sous nos pieds et à portée de mains…

 

MÉTAUX ET MATÉRIAUX POUR LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE

  •  Ressources minérales nationales : un approvisionnement souverain est-il possible ? - Éric Marcoux

La mine a quitté la France il y a une vingtaine d’années, et pourtant un approvisionnement souverain serait possible pour des substances critiques comme le tungstène, l’antimoine, la fluorine, sous condition d’une activité d’exploration soutenue pour confirmer et développer ce potentiel et du retour d’une activité de transformation pour pleinement sécuriser la filière aval, le tout accompagné d’un climat de confiance créé par une volonté gouvernementale clairement affichée, pour attirer les indispensables investissements afin de faire renaître la mine en France.

  • Besoins et approvisionnements en métaux pour l’électromobilité - Justo Garcia

Pour que l’Europe puisse assurer le développement de son industrie de l’électromobilité, elle doit avoir un accès durable et sûr aux matières premières. L’article aborde ainsi les enjeux actuels et futurs de la demande en matières critiques en Europe. Il présente ensuite le recyclage des batteries comme une source d’approvisionnement de matières et ses perspectives de développement en Europe. Enfin, il détaille le projet d’usine de recyclage porté par Orano et mettant en oeuvre un procédé innovant et bas carbone.

  •  Vers un renouveau des mines en France : l’exemple du lithium - Eléonore Dalmais, Michel Jébrak, Blandine Gourcerol, Romain Millot et Jérémie Melleton - pdf Bibliographie de l'article (38 KB)

Le lithium, ce métal alcalin longtemps réservé à des usages modestes, se retrouve aujourd’hui au coeur des enjeux de souveraineté industrielle par ses qualités inégalées pour le fonctionnement des batteries électriques. Après un tour d’horizon sur les propriétés et les usages de ce métal, cet article aborde les enjeux actuels et futurs. Il présente ensuite les principales occurrences connues de ce métal en France et les projets miniers en cours de développement sur le territoire.

  •  Besoins en ressources minérales de l’industrie cimentière française Raoul de Parisot

L’industrie de la construction en France est grande consommatrice de matériaux. En 2019 la production de béton, sous toutes ses formes, a utilisé 125 Mt de sable et de gravier, tandis que la production de ciment a consommé 24 Mt de calcaire, argile, sable, gypse. Malgré l’importance relative de ces prélèvements, la disponibilité géologique et la répartition sur le territoire des matériaux nécessaires pour la production du ciment et du béton devraient garantir l’indépendance sur le long terme de leur approvisionnement à condition que l’accès à ces gisements soit sécurisé en sanctuarisant dans les documents de planification de l’aménagement du territoire, les réserves stratégiques des matières premières utilisées. Cependant comme la production du ciment est fortement  émettrice de gaz à effet de serre, l’importation de clinker, produit dans des zones sans contrainte sur les émissions de ces gaz, pourrait à terme menacer la production de ciment sur le sol français.

 

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

pdf 216 - La région Nouvelle-Aquitaine

198 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

Sommaire de ce numéro

  Editorial   

  Actualité  

  • Le BRGM crée un pôle d’excellence de recherche sur les risques littoraux en Nouvelle-Aquitaine
  • Pour en savoir plus sur les risques littoraux en Nouvelle-Aquitaine
  • ARJUZANX : Le classement en réserve nationale naturelle d’un ancien site minier
  • Attribution de trois permis d’exploration minière en Haute-Vienne à la Compagnie des Mines Arédiennes
  • Cahier thématique d’Acclimaterra : Les énergies renouvelables en Nouvelle-Aquitaine - Enjeux et perspectives
  • Le Prix Michel Vigneaux de l’AGSO
  • Sécurisation des approvisionnements en métaux et minéraux pour les industries de la Région Nouvelle-Aquitaine, le programme aLiNA

 

  Hommage  

  • A la mémoire de Colin Campbell (1931-2022) ou la fin du pétrole bon marché - Pierre-René Bauquis (ASPO-France) et Marc Blaizot (ASPO-France et Pôle AVENIA)

 

  Jeune entreprise  

  • Matterup : un ciment bas carbone à base d’argiles crues dans le département des Landes - François Leparmentier

 

  Dossier  : La région Nouvelle-Aquitaine  

  • Interview d’Alain Rousset, Président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

 

RÉCITS ASSOCIATIFS ET INVENTAIRE GÉOLOGIQUE

  • La synthèse géologique des Pyrénées : une longue histoire collective franco-espagnole (1984 - 2018) - Francis Bichot

En 2018, l’AGSO et le BRGM éditaient, sous la forme d’une pochette au format B4 renfermant les cartes, la notice et la version électronique des 3 volumes, la Synthèse Géologique et Géophysique des Pyrénées. Le premier volume sur le cycle hercynien a été édité en 1997 mais le travail considérable sur la chaîne pyrénéenne, fruit de la collaboration de plusieurs centaines de chercheurs essentiellement français et espagnols, a été interrompu en 2002 dans un état en grande partie finalisée. L’AGSO a décidé, avec l’appui du BRGM, de mettre en forme les 2 volumes sur le cycle pyrénéen à partir des documents existants dans les archives du BRGM. C’est l’histoire de ce sauvetage qui est relaté ici.

  • Le projet Géologie et Paysages : une autre manière de faire connaître les Sciences de la Terre et leurs applications dans notre environnement Claude Bacchiana, Yves Hervouët et Jean-Jacques Jarrige

En 2021, Cap Terre a lancé un projet sur l’ensemble de la région Nouvelle-Aquitaine s’adressant à la fois au grand public, aux amateurs de géosciences et aux enseignants. L’approche par le paysage, sous forme de dossiers numériques et de vidéos, a été choisie car c’est un vecteur idéal auprès du grand public et des jeunes pour présenter des concepts géologiques et démontrer la place importante de la géologie appliquée et des Sciences de la Terre dans notre environnement. Son analyse permet une approche pluridisciplinaire, multiscalaire, prenant en compte la dimension temps primordiale en géologie.

  • « L’Homme et la Pierre » : Un réseau pour porter un autre regard sur le territoire des Deux-Sèvres Stéphanie Tézière

La programmation de l’association L’Homme et la Pierre est présentée. Celle-ci s’appuie sur un réseau de cinq géosites (anciennes carrières réhabilitées) et de six belvédères surplombant des sites industriels d’exploitation de carrières, auxquels s’ajoutent des sites en partenariat. À partir d’exemples diversifiés, les missions au service du territoire des Deux-Sèvres sont déclinées grâce à diverses actions de médiation scientifique : sensibilisation du public au patrimoine géologique en lien avec les paysages ; introduction aux richesses naturelles et à la biodiversité ; présentation et promotion des métiers liés aux activités d’extraction.

  • Une expertise associative pour la reconnaissance d’une Indication géographique (IG) : Pierre d’Arudy - Raymond Cussey

L’histoire géologique de la pierre d’Arudy débute à l’Albo-aptien dans un contexte tectonique d’ouverture de l’Atlantique Nord et de déplacement de la plaque ibérique qui crée les bassins rhombiques de l’Adour et de Parentis, sous climat tropical. Arudy se trouve alors en bordure de la plateforme moyenne dont le basculement entraîne la formation d’une pente sur laquelle s’installent, sous une tranche d’eau de 150 à 200 m, des monticules de boue, les « mud mounds »,visibles dans le paysage.Ce sont des constructions biogéniques formées de coraux microsolénidés et de structures bactériennes de type stromatactis. Il en résulte la formation d’une roche très esthétique dans les tons de gris, dont le grain très fin permet un travail dans les trois directions de l’espace. Ce calcaire n’est pas un marbre puisqu’il n’a pas subi de métamorphisme. La Pierre d’Arudy est exploitée dans différentes carrières de la région et ses caractéristiques ont permis d’obtenir l’Indication Géographique (IG).

  • GéolVal, une association… toujours en mouvement Membres du groupe d’animation de GéolVal

GéolVal, association loi 1901 créée en 1997, compte selon les années 100 à 150 adhérents, de profils variés, professionnels et amateurs. L’association a récemment réalisé une fusion avec l’association « Géopatrimoine Pyrénéen ». Géologues et enseignants assurent la complémentarité des activités : actualisation des connaissances en géologie et médiation de ces connaissances en direction des divers publics : scolaires, randonneurs, touristes, mais aussi habitants, aménageurs et élus du territoire. Principalement autour des Pyrénées, l’association Géolval propose une géologie accessible à un large public en s’appuyant sur les équipements de la RGTP et du Géotrain. Les sorties sur le terrain et d’importantes ressources documentaires en accès libre sont des outils de médiation scientifique dans le domaine des géosciences.

  • L’inventaire du patrimoine géologique en Nouvelle-Aquitaine Jean-Christophe Audru, Bertrand Chevalier et Valérie Boirel

L’inventaire national du patrimoine géologique a été lancé en Nouvelle-Aquitaine il y a 16 ans sous le pilotage de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement qui s’appuie sur une commission régionale du patrimoine géologique. À ce jour, près de 600 sites ont déjà été répertoriés dont un grand nombre à haute valeur patrimoniale. Une action multiforme de valorisation auprès du grand public est menée. Mais environ 30 % des géotopes sont considérés comme étant menacés de disparaître et ce, de manière irréversible.

 

LES RISQUES LITTORAUX

  • La gestion des risques littoraux et la préservation du littoral, de l’aléa à la culture du risque : un exemple de rôle pour des associations d’éducation populaireAlistair Brockbank

Le recul du trait de côte n’est plus à démontrer dans la plupart des régions, les risques littoraux qui en découlent non plus.Ce recul est attribué aux évolutions naturelles du climat et au niveau relatif de la mer pendant des millénaires, mais les actions humaines sont aussi un facteur. Si l’objectif de la gestion des risques est « l’adaptation » à ces changements et la « résilience » des territoires, l’heure n’est plus seulement aux études géomorphologiques où même à la construction des protections « dures » (sauf pour des cas très précis que l’on connaît bien).Nous sommes obligés aussi de prendre en compte la nature psycho-sociale de la perception des risques. À partir de l’exemple du CPIE Littoral basque, cet article veut suggérer que c’est là que les associations d’éducation populaire, notamment de l’éducation à l’environnement, ont un rôle primordial de par leur expérience avec des publics différents et des approches participatives et sensorielles.

  • Karsts littoraux de Charente-Maritime : genèse et configuration actuelle - Bibliographie disponible dans la version pdf - Emeric Vedie, Thierry Le Roux, Cyril Respaud et Jérôme Revel

Les falaises littorales de la rive nord de l’estuaire de la Gironde se développent au sein d’un massif calcaire karstifié parcouru de cavités naturelles, dites karstiques. Ce contexte a contribué à la genèse d’un paysage littoral atypique et pittoresque. Malgré une connaissance encore à consolider, il est proposé ici une synthèse des différentes phases de karstification à l’origine de la configuration actuelle du territoire saintongeais, et notamment de son littoral. Les grottes de la Saintonge habillent aujourd’hui le trait de côte de formes typiques des environnements karstiques, mais fragilisent également localement les falaises en réactivant des processus d’instabilité, comme le débourrage des conduits colmatés et le soutirage des matériaux de surface, à l’origine de mouvements de terrain en surface (affaissements et effondrements) et d’un recul du trait de côte (éboulements).

  • État de la qualité des eaux dans l’estuaire de la Gironde : le cas du cadmium - Bibliographie disponible dans la version pdf - Frédérique Pougnet, Teba Gil-Díaz, Alexandra Coynel, Cécile Bossy, Jörg Schäfer et Gérard Blanc

Les estuaires et la zone côtière représentent les interfaces (continent/océan) les plus sensibles à surveiller, de par leurs propriétés à la fois de réceptacle des polluants continentaux/fluviaux et de fenêtre principale de rejet de ces contaminants vers l’océan, en particulier pour les Éléments Traces Métalliques (ETM). Le suivi hydrogéochimique (qualitatif et quantitatif) des ETM le long du continuum Terre-Mer permet d’identifier leur origine (naturelle ou anthropique), de mieux comprendre leur comportement dans les gradients (salinité, turbidité) estuariens et de mesurer leur impact potentiel sur l’environnement. Cette démarche a l’avantage de proposer des recommandations aux gestionnaires des systèmes aquatiques. Elle est aussi susceptible d’améliorer l’anticipation des perturbations du biotope face au changement climatique.
L’estuaire de la Gironde est affecté par une pollution polymétallique historique, dont la contamination persistante en cadmium (Cd) empêche une reprise complète et le développement de la conchyliculture girondine, avec un risque potentiel pour le premier site ostréicole français (Marennes- Oléron). Les travaux actualisés (Pougnet, 2018 ; Pougnet et al., 2022, 2021) représentent l’analyse la plus complète de l’évolution temporelle sur 30 ans de la contamination en Cd dans ce système.

  • Les solutions fondées sur la nature appliquées aux littoraux : retour d’expérience en Nouvelle-Aquitaine - Eric Chaumillon

Les solutions fondées sur la nature (SFN) trouvent des applications dans la prévention et la gestion des risques littoraux. Les zones humides littorales permettent de limiter les effets des submersions marines,mais leurs services écosystémiques vont au-delà : séquestration du carbone, réservoir de biodiversité, amélioration de la qualité de l’eau,augmentation de l’attractivité des territoires… Par ailleurs, les barrières sédimentaires sont souvent des défenses plus efficaces que les digues et autres constructions. Des exemples d’application concernant le littoral néo-aquitain sont présentés.

 

LES TRANSITIONS ENVIRONNEMENTALES ET ÉNERGÉTIQUES

  •  AcclimaTerra, sensibiliser sur les impacts du changement climatique en Nouvelle-Aquitaine avec une vision scientifique - Yohana Cabaret et Alain Dupuy

L’histoire d’AcclimaTerra remonte à l’année 2011, sous l’impulsion de la région Aquitaine,avec la création d’un comité scientifique régional dont l’objectif était de développer, en s’inspirant du modèle du GIEC, une approche thématique, collective et pluridisciplinaire pour l’étude des problématiques liées au changement climatique. En 2015, la dynamique a été renouvelée à la création de la région Nouvelle-Aquitaine sur un domaine géographique élargi. Depuis 2020, AcclimaTerra est une association loi de 1901 qui publie des cahiers thématiques sur les sujets de l’environnement, de la biodiversité et de la transition énergétique. Elle mène également des actions de médiation et sensibilisation scientifique, en particulier auprès d’un public jeune. Son fonctionnement en réseau lui permet d’intervenir de façon transversale à l’échelle régionale, inter-régionale et transfrontalière.

  • La Grande Dune du Pilat : Gestion environnementale publique d’un objet géologique remarquable - François Leparmentier

La gestion publique de la Grande Dune du Pilat est guidée par la politique nationale des Grands Sites de France. Depuis 2007, les collectivités territoriales ont confié à un syndicat mixte la mission d’assurer la préservation d’un ensemble d’espaces naturels représentés par la dune,le massif forestier et le domaine littoral,ceci dans un contexte de tourisme de masse.Aujourd’hui, les fondamentaux sont en place : maîtrise foncière, cadre réglementaire,partenariats,actions de sensibilisation et amélioration en cours des conditions d’accueil du public. La Grande Dune du Pilat est un exemple de démarche environnementale multi-acteur, avec appel à un réseau d’experts pour l’étude de l’évolution de la dune, le maintien de la cohérence paysagère et la préservation des écosystèmes.

  •  TRENT (Transitions Énergétiques Territoriales) : La Chaire d’enseignement et de recherche de Sciences Po Bordeaux - Le Comité de rédaction sur la base d’une interview de Sylvain Roche

La chaire TRENT, créée en 2019 au sein de Sciences Po Bordeaux, explore les champs d’investigations à la fois politiques, économiques, juridiques, sociétaux et environnementaux de la transition énergétique. Son approche, axée sur les sciences de la société, aborde les enjeux de territoire de façon pluridisciplinaire, en liaison avec les sciences de l’ingénieur. Elle prône ainsi auprès des acteurs de la Nouvelle-Aquitaine le dialogue science / société et un changement culturel dans nos rapports à l’énergie.

  •  Le réseau Régional de Recherche Naïades, ou comment structurer la recherche et la société pour faire face aux problématiques liées à l’eau en Nouvelle-Aquitaine - Lucas Garzon et Alain Dupuy

Le Réseau Régional de Recherche Naïades, actuellement en phase d’amorçage, a pour objectif de structurer la recherche et de favoriser le partage entre les laboratoires et les acteurs socio-professionnels sur les nombreuses problématiques liées à l’eau en Nouvelle-Aquitaine, en adéquation avec les spécificités régionales dans le contexte du dérèglement climatique. Par le biais de montage de projets et de partenariats innovants, ce réseau vise à favoriser la création et la diffusion de savoirs pour une meilleure appropriation sociétale des enjeux relatifs à l’eau dans la Région.

 

LES TRANSITIONS INDUSTRIELLES

  •  Le CIME, un outil R&D au service de l’innovation industrielle et de l’hydrométallurgie - Cécile Crampon

Situé en Haute-Vienne dans la région Nouvelle-Aquitaine, le site Orano de Bessines-sur-Gartempe bénéficie d’un ancrage territorial historique de plus de 50 ans. Jusqu’en 2001,date de fermeture de la dernière mine d’uranium française à Jouac, les activités du site ont été orientées vers l’extraction de l’uranium et le traitement du minerai, puis reconverties avec comme fil rouge, l’innovation industrielle au service de la transition énergétique et de l’économie circulaire. C’est la raison d’être du Centre d’innovation en métallurgie extractive (CIME), ancré sur le site de Bessines-sur-Gartempe et rénové en mai 2021.

  • Le recyclage des batteries Li-Ion, un nouveau pôle de R&D et d’innovation pour la Nouvelle-Aquitaine - Cécile Crampon et Jad Bouez

L’Union européenne (UE) s’est engagée dans le « Green Deal » pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Cet objectif se traduira par la décarbonation des secteurs prioritaires,dont les transports. La fabrication et l’usage des voitures électriques seront privilégiés avec une filière industrielle de fabrication de batteries lithium-ion et de recyclage de matériaux de valeur,qui devrait croître fortement dans les années à venir. Pour la France, il s’agit de réindustrialiser le pays et ses territoires, d’assurer sa sécurité d’approvisionnement sur certaines matières premières et métaux rares, d’accroître son autonomie énergétique et de renforcer sa souveraineté. Le groupe français Orano, qui bénéficie de plus de 40 ans d’expérience dans le recyclage des matières nucléaires, la chimie des matériaux, l’hydrométallurgie, et l’industrialisation des procédés, a décidé d’exploiter ce savoirfaire pour l’appliquer au recyclage des batteries. Il s’agit de développer et valider un procédé innovant et complet assurant la récupération efficiente des matériaux d’intérêt, prêt à être industrialisé d’ici 2025-2026.

  •  Le projet PYCASSO : un projet de territoires pour la capture, l’utilisation et le stockage géologique de CO2 dans les champs de gaz déplétés du bassin d’Aquitaine ; une nouvelle perspective pour les métiers des géosciences - Marc Blaizot

Pour répondre à la nécessité de décarbonation de l’industrie, en particulier la diminution des émissions atmosphériques de gaz à effet de serre, impulsée par les autorités régionales, nationales et européennes, une trentaine d’entreprises et d’institutions françaises et espagnoles se sont regroupés début 2021, autour du pôle AVENIA pour construire un projet de territoires baptisé PYCASSO. Il s’agit de réaliser une chaîne complète dédiée à la capture du CO2 en sortie d’usines, son transport par canalisations, son utilisation directe sur le cluster industriel de Lacq et la séquestration souterraine permanente du reliquat dans des champs de gaz naturel déplétés d’Aquitaine. L’ambition de ce projet est de débuter à l’horizon 2030 pour s’inscrire dans la trajectoire européenne de décarbonation « FitForFiftyFive » en prélevant environ 1 MT/an de CO2.

 

UNE LONGUE HISTOIRE DU PÉTROLE

  •  Histoire de l’exploration pétrolière du bassin d’Aquitaine, 100 années d’exploration - Version longue disponible uniquement en version pdf - Jean-Jacques Biteau et Jean-Marie Masset

Cet article montre, à travers une méthode historique détaillée, le poids respectif des techniques et de leur évolution par rapport aux prises de décision des explorateurs. Cinq thèmes pétroliers majeurs (couples formés par un réservoir et sa couverture) sont successivement identifiés. Carbonatésouclastiques/argilesmarnes, ils sont liés pour leur alimentation en hydrocarbures à un système générateur principal du Jurassique (faciès organiques du Kimméridgien supérieur) parfois très marginalement complété par le Lias (Hettangien-Sinémurien), voire le Barrémien. Ces thèmes sont regroupés en cinq phases principales d’exploration appartenant à des décennies distinctes, depuis 1920 jusqu’à présent.

  • Vermilion, une entreprise Oil&Gas tournée vers la transition énergétique : exemples de co-usages du sous-sol - Pantxika Etcheverry et Gabrielle Rumbach

Le sous-sol de la Nouvelle-Aquitaine possède des ressources en hydrocarbures liquides et gazeux qui sont exploitées depuis presque 80 ans. La plupart des principaux gisements découverts depuis les années 1950 sont encore en exploitation aujourd’hui et possèdent des ressources pour encore plusieurs décennies. 11 de ces gisements aquitains sont opérés par l’entreprise d’origine canadienne Vermilion REP, arrivée en France en 1997 et prenant la suite d’opérateurs comme ESSO REP, ou encore Total Exploration Production France. L’entreprise, dont l’extraction d’hydrocarbures est le coeur de métier, transforme pas à pas sa stratégie d’exploitation et travaille sur des projets pour s’orienter vers des modes de production plus durables et moins carbonés en utilisant toutes les énergies du sous-sol.

 

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)