360 F 30048671 zo6yATKHPV2qPQxEoqfbtDsRVpj9UNlK

facebooklinkedintwitter youtube
  • Le fonds

Documents

pdf 211 - Gestion et valorisation des eaux souterraines

594 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

GEOL203 450Sommaire de ce numéro

  Editorial  

  Actualité 

L'eau

  • Webinaire Water4allSDGs, organisé par le Partenariat Français pour l’Eau le 21 septembre 2021 -  François Leparmentier
  • Journée scientifique « Quelles transitions pour l’Eau face au changement climatique ? » 5 octobre 2021 à Toulouse - Pierre Marchet, Isabelle Fournier et Catherine Thouin
  • Deuxième webinaire d’introduction de la conférence internationale « Groundwater, key to the sustainable development goals » le 25 novembre 2021
  • Programme d’investissements d’avenir et plan France Relance : Projet OneWater - Eau bien commun
  • Le projet européen MISSOURI
  • Eaux-SCARS, un projet de recherche pour l’étude des réservoirs d’eau souterraine du nord-est du Bassin aquitain
  • Les eaux souterraines, clé des objectifs de développement durable

 

L'énergie

  • Publication de l’AFPG : la géothermie en France ; étude de filière 2021
  • Le réseau de géothermie Gényo : une exploitation innovante du Trias
  • Contributions de l’Académie des sciences sur l’énergie électronucléaire
  • L’étude prospective de RTE : Futurs énergétiques 2050 -  François Leparmentier

 

Les ressources minérales

  • « The Supply of Critical Raw Materials in Europe for the Industries of the Future »
  • ADEME Recherche Janvier 2022 : Les métaux dans la transition énergétique
  • Prise en compte des ressources minérales secondaires dans l’élaboration des schémas régionaux des carrières : application à la Région Auvergne-Rhône-Alpes - Agathe Denot, Virginie Amant et Laurent Eisenlohr

Les schémas régionaux des carrières doivent intégrer la composante ressource minérale secondaire dans la planification. Il s’agit de diagnostiquer les gisements, les lieux de production, leurs usages et les évolutions prévisibles au regard des quantités et qualités. Les DREAL élaborent, en concertation avec les acteurs concernés, les schémas régionaux des carrières. En Auvergne-Rhône-Alpes, un groupe de travail dédié aux ressources minérales secondaires a été constitué pour recueillir et synthétiser les données et mettre en place un plan d’action pour favoriser leur utilisation

  •  Le site Mineralinfo fait peau neuve
  • Publication de vertigo. Une frontière virtuelle : l’exploitation des ressources minérales profondes dans le Pacifique

 

  Jeune entreprise  

  • Le forum start-up du congrès annuel de la SIM (Lille, le 20 octobre 2021)

 

  Décryptage  

  • La COP26 : Le réchauffement climatique est encore très loin d’être contenu à 1,5°C - François Leparmentier
  • La crise de l’eau : crise climatique et gestion inadéquate délibérée … 2022, année d’une meilleure visibilité des eaux souterraines - Michel Bakalowicz

 

  Recherche et vie professionnelle  

  • Modélisation géologique 3D du bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais et de son substratum dévonien-carbonifère inférieur : vers une meilleure définition des réservoirs géothermiques profonds (résumé de thèse) - Aurore Laurent
  • Enquête sur la profession d’hydrogéologue exerçant des missions de service public - Gaïa Lassaube

Cette enquête s’inscrit dans une thèse comparée France/Inde des activités des hydrogéologues exerçant des missions de service public dans un contexte de reconfiguration admi- nistrative et de tensions sur les ressources. Elle consiste en un QCM de 25 questions (plus une section libre), dont la rédaction fait suite à une première séquence d’entretiens longs avec des professionnels. Le questionnaire visait à appréhender les multiples transformations afférentes dans les activités des hydrogéologues : formations, activités, apparition de nouveaux outils et instruments de mesure, mais aussi sens que les individus donnent à leur métier, à ses obstacles et aux défis futurs. Nous revenons ici sur certains des résultats obtenus.

 

  Dossier  : Gestion et valorisation des eaux souterraines  

LA GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU

  • Développement d’outils numériques régionaux dédiés à la compréhension du fonctionnement des aquifères profonds du sud du Bassin aquitain et à l’amélioration de la gestion de la ressource en eau - Olivier  Douez, Jean-Charles Manceau, Sandrine Grataloup, Laurent André, Eric Lasseur, Arnaud Wuilleumier

Les ressources en eaux souterraines profondes sont stratégiques pour les territoires du sud du Bassin aquitain. Dans ce secteur géographique géologiquement complexe, de nombreux questionnements se posent sur le fonctionnement de ces aquifères et des réponses doivent être apportées pour une future gestion opérationnelle de ces ressources. C’est dans ce cadre qu’est né GAIA, programme de recherche visant à mieux comprendre le fonctionnement de ces aquifères profonds.

  • Prospective participative et retours d’expérience : apports de la concertation à la gestion durable des nappes profondes du bassin de l’Adour Mélanie Erostate, Marie Bareille, Noémie Neverre et Jean-Daniel Rinaudo

Les nappes profondes du bassin de l’Adour constituent des ressources en eau essentielles, restant à ce jour dépourvues d’une stratégie de gestion permettant de garantir leur durabilité et celle des usages associés. Entre prospective participative et retours d’expérience, tout l’enjeu est de fournir aux acteurs locaux des éléments d’aide à la décision vers le choix d’un outil de gestion pertinent répondant aux possibilités d’exploitation limitées de ces ressources.

 

LE STOCKAGE EN EAU SOUTERRAINE

  • De l’impact des stockages souterrains sur les eaux souterraines. Cas particulier du stockage souterrain en cavité minée non revêtueFrançois Cabon, Blanca van Hasselt et Jean-Luc Bodin

Même si le stockage souterrain présente de nombreux avantages sur le plan de la sécurité et de l’environnement, il génère, comme toute activité anthropique, des effets sur le milieu naturel. Cet article présente brièvement l’impact de ces ouvrages de stockage sur les eaux souterraines avec un éclairage particulier sur le stockage souterrain en cavité minée non revêtue.

 

LA VALORISATION DES RESSOURCES MINÉRALES DES EAUX SOUTERRAINES

  • Avancées dans l’application de l’ISR en milieu fracturé : l’exemple du cuivre  - Valentin Calani, Sébastien Hocquet et Denis Virlogeux

La méthode minière de récupération in situ (ISR) est une technologie aujourd’hui mature pour l’exploitation des gisements d’uranium à basse teneur encaissés dans des réservoirs peu consolidés. Les développements futurs de la technique rendront possible l’exploitation de gisements plus complexes, en réservoirs fracturés, comme en attestent les développements récents de projets ISR de gisements de cuivre encaissés dans des domaines géologiques complexes.

  • Optimisation de la récupération d’uranium à faible teneur par lixiviation in situ sur un gisement de type roll-front au Kazakhstan - Anthony Le Beux, Christian Polak et Thomas Oppeneau

Katco, une coentreprise entre les sociétés Orano Mining et KazAtomProm, exploite une mine au Kazakhstan, en utilisant la méthode de récupération in situ (ISR), pour extraire de l’uranium à faible teneur, à partir de réservoirs aquifères confinés sableux, situés entre 200 et 600 mètres de profondeur, abritant une minéralisation de type roll-front. La solution de lixiviation (acide sulfurique dilué dans ce cas) est injectée directement dans le gisement par des puits d’injection avant d’être récupérée, enrichie d’U, par des puits de production.

  • Lithium & metal recovery in saline aquifers for CO2 storage - Frank Despinois, Axel Porlan and Elza Dugamin

Water withdrawal in saline aquifers for CO2 storage projects is constrained by environmental regulations and negative economic impacts of water treatments. Therefore, current projects face pressure limitations which constrain their CO2 storage capacity. Targeting high metal content aquifers could solve such dilemma via their economic recovery; and it could enhance the CO2 storage resources of current and future CO2 storage projects in saline aquifers.
This study presents the method used to build machine learning-based models aiming to forecast and evaluate the lithium resources associated to the CO2 storage activity. An innovative tool was developed which combines a metal forecaster module and a stochastic calculation tool to assess the potential risked resources and associated economics for CO2 storage prospects at the Exploration stage. Such approach should help in the future the identification of new saline aquifers targets in various sedimentary basins which could have the potential to unlock the profitability to use water withdrawal and store much larger quantity of CO2. Also, it opens the path towards the development of new lithium extraction technologies dedicated to the chemistry of such new resources.

 

LES EAUX SOUTERRAINES ET LA GÉOTHERMIE

  •  Les exploitations géothermales au Dogger - Gabrielle Negrel et Eric Lasne

Les eaux de l’aquifère du Dogger du Bassin parisien exploitées par plus d’une quarantaine de centrales géothermiques constituent un milieu anaérobie et témoignent d’un environnement réducteur. Les caractéristiques de ces eaux les rendent corrosives pour les tubages des puits géothermiques qui sont en majorité constitués d’acier au carbone. Dans le contexte d’un milieu hydrogéochimique complexe et agressif vis-à-vis des installations géothermiques, l’objet de cet article est de présenter toutes les compétences techniques mises en œuvre, des études de faisabilité à l’exploitation, pour mener à bien un projet de géothermie. La démarche est globale et s’appuie sur le retour d’expérience de la Compagnie Française de Géothermie (CFG, bureau d’étude sous-sol).

  •  La géothermie des eaux des mines et son potentiel en Wallonie (sud de la Belgique)Nicolas Dupont, Olivier Kaufmann, Virginie Harcouët-Menou et Johan Matthijs

La géothermie des eaux des mines vise à utiliser spécifiquement les mines abandonnées en tant que réservoirs géothermiques, le réservoir étant représenté par les vides inondés de la mine. En Belgique, l’Administration wallonne a lancé en 2019 un projet pour déterminer le potentiel géothermique des anciennes mines, la région wallonne étant celle où l’activité extractive fut la plus intense ainsi que celle qui présente la meilleure correspondance entre les zones minières et celles à fortes densités de population. Ce potentiel, estimé à partirdu volume des vides miniers et des gammes de températures, serait de l’ordre de 1690 GWh, en considérant la récupération de l’énergie thermique sur une différence de température de 12°C.

 

L’EXPLOITATION DES EAUX MINÉRALES NATURELLES

  •  Les eaux minérales du Sud-Ouest, présentation succincte, usages et implication dans le tissu économique régional Jean-Claude Soulé et Patrick Guilleminot

Les eaux minérales naturelles se distinguent des autres eaux destinées à la consommation humaine par leur pure- té originelle et l’invariabilité de leurs caractéristiques essentielles. Elles sont issues de systèmes aquifères leur conférant ces caractères et sont utilisées pour le conditionnement, la crénothérapie (soins à base d’eau souterraine), le thermoludisme ou la distribution en buvette publique.
Le Sud-Ouest est particulièrement riche de la diversité de ses eaux minérales, elles-mêmes liées à la grande variété de sa géologie. Pratiquement tous les grands faciès chimiques des eaux sont représentés, le poids économique de ces ressources est important comme le montre la présence de stations thermales parmi les plus fréquentées de métropole comme Dax et Balaruc-les-Bains.
L’originalité de ces ressources réside dans la nécessité de les exploiter de façon raisonnée, afin qu’elles demeurent durables et puissent ainsi contribuer à l’image de haute qualité environnementale de la région.

 

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

pdf 210 - Le Fossé rhénan

638 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

Bibliographie du dossier  -  pdf cliquer ici (131 KB) ico multimedia

GEOL203 450Sommaire de ce numéro

  Editorial  

  Actualité 

  • La prise de position de l’ONU sur le nucléaire
  • Le prix de l’innovation 2021 de l’EGEC attribué à ENGIE, associé à ANTEA
  • PYCASSO : un projet de territoire de capture, utilisation et stockage géologique de CO2
  • L’eau souterraine, clé des Objectifs de Développement Durable de l’ONU
  • Appli muRex

 

  Jeune entreprise  

  • Tessael, la start-up experte en maillage du sous-sol : Une nouvelle technologie pour la simulation couplée écoulement-géomécanique 3D des réservoirs naturels - François Leparmentier avec Wan-Chiu Li

 

  Décryptage  

  • Le nouveau rapport du GIEC : Le cri de la science

 

  Dossier  : Le Fossé rhénan 

CADRE GÉOLOGIQUE

  • Données stratigraphiques du Fossé rhénan supérieur dans la région de Strasbourg - Coralie Aichholzer, Pauline Harlé, Philippe Duringer

Entre 2012 et 2020, dans le Fossé rhénan supérieur, plu- sieurs forages géothermiques ont atteint le socle granitique. Les plus complets ont traversé environ 100 m de graviers quaternaires, 1 700 m de Tertiaire, plus de 1 000 m de Mésozoïque et près de 200 m de Permien. Une discontinuité majeure sépare le Jurassique moyen des séries cénozoïques. Dans cet article, nous proposons une colonne stratigraphique virtuelle et complète (compilation de puits) avec la succession de toutes les formations sédimentaires du Permien au Quaternaire dans la région de Strasbourg avec une indication des variations latérales d’épaisseur et de faciès.

  • Regard sur un changement climatique majeur : la transition Éocène-Oligocène dans le Fossé rhénan - Emile Simon, Laurent Gindre-Chanu, Alexis Nutz, Quentin Boesch, Guillaume Dupont-Nivet, Hendrik Vogel et Mathieu Schuster

La transition Éocène-Oligocène marque le passage d’un climat « greenhouse » à un climat « icehouse », c’est-à-dire l’entrée pour la Terre d’une configuration « chaude » à une configuration climatique quasi-moderne. Cet article synthétise les connaissances à l’échelle globale de cet épi- sode climatique majeur et propose pour la première fois de le confronter à l’histoire tectono-sédimentaire du Fossé rhénan.

 

UNE REGION RICHE DE SON HISTOIRE MINIÈRE

  • Les gisements métalliques des Vosges et leurs relations avec l’histoire régionale : un aperçu bibliographique - C. Marignac

Près de la moitié du massif ancien des Vosges est constituée par des granites carbonifères (ca. 340-300 Ma) intrusifs soit dans des gneiss de haut grade (Vosges moyennes), soit dans des complexes volcano-sédimentaires de bas degré, dévoniens (Vosges du nord) ou viséens (Vosges du sud). Des minéralisations variées, mais dans l’ensemble peu ou pas économiques, y sont connues :W, Sn, Mo, associées aux granites ; filons de sulfures à métaux de base et argent ; filons à barytine-fluorite ; minéralisations liées aux strates des bassins stéphano-permiens discordants. Les filons sont liés à la réactivation des grandes failles NE-SO du Viséen.

  • Un projet transfrontalier autour des ressources minérales : Regio mineralia (Région du Rhin Supérieur) - Pierre Fluck

Les Vosges et la Forêt-Noire étant constituées de terrains anciens de socle anté-permiens, hébergent des concentrations assez remarquables de ressources métallifères. Aussi ont-elles été agitées par une histoire minière intense en même temps que tourmentée. L’article propose une vision holistique de la question, qui ne sépare pas les approches relevant des sciences de la Terre et celles plus spécialement liées aux hommes, aux économies et aux territoires à travers l’épaisseur des temps.

  • La potasse en Alsace : une aventure industrielle de renommée mondiale François Leparmentier

L’histoire industrielle du Bassin potassique d’Alsace est intimement liée à celle du XXe siècle dont elle embrasse les contours, du premier forage d’exploration en 1904 à la déclaration officielle de l’épuisement du gisement en 2004. L’exploitation de la potasse a contribué à l’essor industriel de la région dans un contexte mondialisé, avec ses succès, mais aussi ses drames et ses crises. Aujourd’hui, la reconversion économique du bassin d’emploi est largement réalisée et le patrimoine industriel est en partie préservé grâce à une forte culture identitaire des anciens acteurs des sociétés minières.

  • StocaMine Marc Brisebarre

StocaMine est un stockage souterrain de déchets dangereux situé à Wittelsheim, près de Mulhouse ; il a été en activité de 1999 à 2002, date à laquelle un incendie a conduit à l’arrêt de l’apport de déchets. Depuis, nombreuses ont été les études (et polémiques) pour rechercher une solution permettant de préserver la nappe d’Alsace d’une éventuelle pollution par les matériaux entreposés.

  • Histoire de l’exploitation du pétrole en AlsaceDaniel Rodier et Denise Weinling

Pechelbronn fut d’abord (sous la forme Baechelbronn, qui signifie la source du petit ruisseau) le nom d’un affleurement sur la commune de Lampertsloch, située entre Haguenau et Wissembourg. Ce site, à l’origine de l’aventure pétrolière en Alsace, est le plus ancien en Europe, et sans doute dans le monde, qui ait connu une exploitation continue depuis le Moyen Age jusqu’à l’ère industrielle. Ce terme de Pechelbronn est devenu par la suite le nom de la concession et du gisement, puis à partir de la fin du XIXe siècle il fut associé aux noms successifs de l’entreprise, qui ferma définitivement en 1970 sous le nom de SAEM Pechelbronn.

  • Rapatriement des carottes historiques d’Alsace à la carothèque du BRGM d’Orléans - Olivier Serrano

La carothèque du BRGM a pour vocation de regrouper, reconditionner, préserver et mettre à disposition de la communauté scientifique les carottes et échantillons de forages réalisés par le BRGM ou faisant partie de ses collections historiques. Plusieurs lieux de stockage à vocation temporaire ont été gérés par le BRGM en France ; c’est le cas, notamment, du stockage de Preuschdorf, près de Merkwiller-Pechelbronn, dont le contenu a été transféré à la carothèque d’Orléans et les locaux réaménagés pour accueillir le Musée du Pétrole.

  • Les collections en Sciences de la Terre de l’Université de Strasbourg Barbara Gollain, Kévin Janneau et Delphine Issenmann

L’Université de Strasbourg se distingue par un patrimoine constitué au fil du temps par l’équipement scientifique, instrumental comme architectural, lié à l’émergence des sciences expérimentales telles que la sismologie ou l’étude du magnétisme terrestre, à la fin du XIXe siècle. Cet article dresse un panorama de ce patrimoine non seulement his- torique mais aussi typologique et dynamique, mettant notamment en avant les perspectives communes de (re)mobilisation des collections à des fins non seulement patrimoniales mais aussi scientifiques.

 

UNE EXPLOITATION DU SOUS-SOL AUJOURD’HUI TOURNÉE VERS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

  • Atlas des ressources géothermiques de surface en Alsace : un outil d’aide à la décision pour conseiller sur l’exploitabilité locale des principaux aquifères  - Murielle Chabart

Lors d’un choix énergétique, les maîtres d’ouvrages, les bureaux d’études, les décideurs des collectivités territoriales ou les particuliers sont en attente d’informations locales sur la ressource, afin d’examiner la possibilité d’utiliser ou pas la géothermie très basse énergie (TBE). Cet article présente les principaux résultats et l’approche technique mise en œuvre par le BRGM pour établir l’atlas des ressources géothermiques de surface sur nappe concernant le territoire alsacien, en complément des atlas préexistants sur la Champagne-Ardenne et la Lorraine.

  • La géothermie profonde dans le Fossé rhénan supérieur, des années 80 à aujourd’hui - Eléonore Dalmais, Albert Genter, John Reinecker et Béatrice Pandélis

Depuis les années 80, des projets de géothermie se sont succédés dans le Fossé rhénan pour tirer parti de la chaleur terrestre dans une région où le gradient thermique peut atteindre jusqu’à 100°C/km. Cet article tente de tracer le panorama des différents projets en les replaçant dans leur contexte tant géologique que technico-économique et sociétal.

  •  En Alsace, la géothermie fait ses preuves

Pionnier de l’aventure géothermique en Alsace, le groupe ÉS (Électricité de Strasbourg) exploite aujourd’hui deux centrales dans le Bas-Rhin. De la conception d’un projet à son exploitation, son expertise est complète et ne cesse de s’enrichir grâce à de nombreux programmes de recherche et d’innovation. Avec deux énergies renouvelables décarbonées, la chaleur et l’électricité, et une ressource potentielle de lithium « vert », la transition énergétique se joue aussi ici.

  •  Évolution du suivi sismique des sites géothermiques en exploitation dans le Fossé rhénan supérieur - Emmanuel Gaucher et Vincent Maurer

Le Fossé rhénan concentre, au niveau européen, un grand nombre de systèmes géothermiques améliorés, dits EGS (« Enhanced Geothermal Systems »), qui ont dû être stimulés en profondeur. Or les stimulations génèrent de la sismicité qui apporte de l’information sur le réservoir mais qui peut être également ressentie par la population ; d’où la mise en place d’un suivi sismique qui a évolué pour répondre à ces deux problématiques.

  •  La valorisation du lithium issu des eaux géothermales : le cas du Fossé rhénan - Clio Bosia, Elif Kaymakci, Thomas Koelbel, Bernard Sanjuan, Blandine Gourcerol et Romain Millot

Le lithium se profile, dans les années à venir, comme une ressource critique pour la réussite de la transition énergétique. Les saumures géothermales sont une ressource qui mérite d’être explorée car elle offre un potentiel en lithium significatif et à faible empreinte carbone. Au niveau européen, des travaux récents ont montré que le Fossé rhénan représentait la zone la plus prometteuse en Europe ; plusieurs permis d’exploration lithium sont en cours d’instruction et il existe également un test pilote relatif aux technologies d’extraction sur la centrale géothermique de Rittershoffen.

 

ENJEUX DE PROCHE SURFACE

  •  La réalisation de sondes géothermiques dans les collines de bordure du Fossé rhénan, un pari à risque - Charles Frey

À partir des années 2005 de nombreuses sondes géothermiques (ne nécessitant pas la présence d’une nappe phréatique) ont été installées dans les collines bordant le Fossé rhénan ; or le non respect des règles de l’art joint à l’absence d’études géologiques préalables sérieuses a généré de nombreux sinistres dans ces collines d’une grande complexité tectonique ; trois cas emblématiques seront étudiés : Lochwiller et Kirchheim en Alsace (Bas- Rhin), et Staufen dans le pays du Bade-Wurtemberg en Allemagne.

  •  Lochwiller, une autre origine est-elle possible ? - Interview de Luc Jaillard

Cet article propose une nouvelle origine des désordres observés à Lochwiller ne faisant pas intervenir le forage géothermique comme cause principale.

  •  Réseaux de surveillance des eaux souterraines de l’aquifère du Rhin supérieur : enjeux et perspectives - Rémy Cotinet, Fabien Toulet, Michel Wingering, Emmanuelle Witz, Baptiste Rey et Didier Lihrmann

L’aquifère alluvial du Fossé rhénan renferme une ressource d’envergure transfrontalière. Ce réservoir d’eau souterraine fait l’objet d’une surveillance particulièrement dense depuis le début du XXe siècle. Les réseaux de mesures et les campagnes d’analyses permettent le développement de connaissances et d’outils nécessaires pour assurer aux générations futures une eau de bonne qualité.

 

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

pdf 209 - La Nouvelle-Calédonie

867 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

GEOL203 450Sommaire de ce numéro

  Editorial  

  Actualité 

  • Note de l’IFRI : La stratégie de souveraineté minérale américaine (« make America mining again »)
  • Le projet HyPSTER : maillon stratégique de la filière hydrogène vert
  • Edition 2021 de l’analyse « Fostering effective energy transition » du Forum Économique Mondial
  • La création de l’Institut des mathématiques pour la planète Terre (IMPT)

 

  Jeune entreprise  

  • Thin Section Lab, le spécialiste français de la préparation et de l’analyse d’échantillons géologiques

 

  Décryptage  

  • Le retour des États-Unis sur la scène internationale de la transition énergétique

 

  Dossier  : La Nouvelle-Calédonie 

GEOLOGIE

  • Histoire géologique de la Nouvelle-Calédonie, mise en place de l’ophiolite, évolution post-obduction et formation des gisements de nickel) - Pierre Maurizot

En Nouvelle-Calédonie, la mise en place pendant l’Éocène d’un des corps ophiolitiques les plus importants au monde, la nappe des Péridotites, peut s’expliquer par un modèle de subduction continentale. Le déplacement postérieur des plaques a conduit cet ensemble vers des latitudes moins élevées et un climat plus chaud et humide qui ont contribué à former par altération supergène une ressource en minerais de nickel à la surface de ce substrat de composition ultrabasique.

  • Le continent Zealandia : la Nouvelle-Calédonie dans son contexte régionalJulien Collot, Samuel Etienne, Martin Patriat, Walter R. Roest, Nick Mortimer, Rupert Sutherland

La Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande ne sont qu’une petite partie émergée d’un continent immergé de 5 millions de km2, Zealandia. La complexité de l’évolution de ce continent est à l’origine de l’exceptionnelle géodiversité du Sud-Ouest Pacifique. Bien que la région soit encore l’une des moins explorées au monde, des campagnes océanographiques y sont menées depuis plusieurs années. La compréhension de la géologie de la Nouvelle-Calédonie est intimement liée à l’histoire de Zealandia, même si la confrontation des modèles issus de l’étude des affleurements à terre avec ceux basés sur l’observation de sa région marine demeure un défi.

  • Le champ hydrothermal hyperalcalin de la baie de Prony, Nouvelle-CalédonieBernard Pelletier, Gaël Erauso, Emmanuelle Gérard,
    Bénédicte Menez, Christophe Monnin, Claude Payri, Anne Postec, Roy Price et Marianne Quéméneur

La baie de Prony abrite un champ hydrothermal hyperalcalin unique qui comprend des évents actifs, sous-marins et intertidaux. Les fluides hydrothermaux de faible salinité, de température modérée et de pH très élevé sont enrichis en dihydrogène et méthane provenant de la serpentinisation. Le mélange de ces eaux hydrothermales d’origine météorique et de l’eau de mer conduit à la formation de chemi- nées de carbonates de calcium et d’hydroxyde de magnésium, parmi lesquelles la célèbre aiguille de Prony. Ces concrétions sous-marines abritent des communautés spécifiques de bactéries et d’archées impliquées dans l’édification des cheminées via des processus d’organo-minéralisation. La communauté française s’est mobilisée autour de l’étude de ce site exceptionnel, peu profond et facile- ment accessible.

 

RESSOURCE MINIÈRE

  • L’Histoire de la mine et des mineurs en Nouvelle-CalédonieYann Bencivengo et Séverine Bouard

La Nouvelle-Calédonie est une terre minière. Si le charbon, l’or, le cuivre, le chrome, le cobalt ou le fer y ont été extraites, seul le nickel a fait l’objet d’une exploitation continue depuis 1875. L’histoire du nickel est intimement liée à l’histoire du pays, notamment à l’époque coloniale. Plus récemment, les évolutions technologiques permettent l’exploitation de nouveaux gisements mais les sociétés minières et métallurgiques doivent continuer de se transformer afin de répondre à deux injonctions parfois contradictoires : la volatilité du marché international et les revendications locales concernant la maitrise des ressources et les retombées économiques du secteur minier.

  • Panorama de l’activité minière et métallurgique en Nouvelle-Calédonie - Christian Habault et Corinne Bufnoir

L’archipel néo-calédonien, situé dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, est constitué d’une Grande Terre, à l’histoire géo- logique complexe, qui s’est éloignée au Crétacé du continent australien lors de l’ouverture de la mer de Tasman, et d’îles éparses (Loyauté, Bélep, Les Pins). Seule la Grande Terre recèle des ressources minérales identifiées très tôt dans son histoire, parmi lesquelles le nickel qui a façonné ses paysages et marqué très fortement la Nouvelle-Calédonie, donnant naissance à une industrie lourde (électrométallurgie et hydrométallurgie) sans équivalent dans l’outre-mer français.

  •  Le scandium, un métal remarquable encore sous-valorisé - Yoram Teitler et Michel Cathelineau

Le scandium est un élément d’intérêt pour diverses appli- cations technologiques mais reste encore peu valorisé. Or, les gisements de nickel et cobalt latéritiques présentent des concentrations significatives en scandium et plusieurs projets industriels prévoient l’extraction du scandium latéritique, notamment en Australie et aux Philippines. Celle-ci pourrait également être envisagée en Nouvelle-Calédonie, où des teneurs significatives sont observées. Cependant, les volumes concernés sont marginaux et une filière scandium apparaît seulement envisageable à travers une meilleure valorisation des latérites nickélifères, impliquant des choix techniques et des décisions politiques.

  • Le Centre National de Recherche Technologique (CNRT), la connaissance au service d’un nickel plus vert et plus compétitif en Nouvelle-Calédonie - France Bailly et Christian Habault

Pour relever le challenge d’une industrie minière plus compétitive, plus « verte » et socialement plus acceptable, les acteurs du secteur minier bénéficient d’une agence totalement dédiée à la recherche appliquée, à l’innovation et au développement technologique en Nouvelle-Calédonie. Le CNRT « Nickel et son environnement » est une structure originale, sans équivalent national, bénéficiant de fonds publics et privés, qui regroupe les compagnies minières et métallurgiques du territoire et les organismes de recherche, aux côtés de l’État, du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et des trois Provinces.

  •  La formation professionnelle dans le secteur minier en Nouvelle-Calédonie - Christian Habault et Cyril Marchand

L’archipel néo-calédonien, situé dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, rattaché à la France en 1853, est un des rares territoires ultramarins disposant de ressources minérales identifiées et conséquentes. Débutant avec les métaux de base et l’or, l’activité minière s’est rapidement orientée vers l’extraction de sa substance phare, le nickel, depuis plus de 150 ans après sa découverte en 1864. Résultat de l’altération supergène d’une nappe ophiolitique recouvrant le tiers de la Grande Terre, le minerai de nickel est non seulement exporté, mais aussi raffiné localement dans des usines pyrométallugiques ou hydrométallurgiques, seule industrie lourde de l’ensemble ultramarin français.

  •  Aperçu comparatif de législation minière, entre France métropolitaine et Nouvelle-Calédonie : 16 740 km de distance, et bien plus encore - Anne Perrier Gras

En Nouvelle-Calédonie, l’étude du régime législatif et réglementaire minier se conçoit difficilement sans se référer à son homologue métropolitain, et à l’héritage laissé par la grande loi minière française du 21 avril 1810. Cependant, les caractéristiques institutionnelles, juridiques et coutumières de cette collectivité « sui generis » de la République Française, le poids du nickel dans l’économie, les enjeux en présence dans ce territoire en voie d’émancipation, ont façonné peu à peu un système spécifique, étroitement lié à la délicate construction d’un « destin commun ».

  • Stratégie du nickel calédonien - Didier Julienne

 

ENVIRONNEMENT NATUREL ET HUMAIN

  •  Ressources en eau dans les massifs de péridotites : état des connaissances et enjeux - Julie Jeanpert, Jean-Lambert Join, Peggy Gunkel-Grillon, Olivier Monge, Séverine Bouard, Caroline Lejars et Catherine Sabinot

En Nouvelle-Calédonie, les péridotites couvrent près d’un tiers de la surface de la Grande Terre. Si les massifs font l’objet depuis plusieurs décennies de recherches sur la minéralisation en nickel, chrome et cobalt, la connaissance de l’hydrosystème des péridotites est quant à elle moins avancée bien qu’ayant progressé ces dernières années. Localement des tensions fortes peuvent exister en lien avec la valeur de cette ressource et les conflits d’usage entre l’industrie et les communautés. Cet article présente un état des connaissances du fonctionnement hydrologique et hydrogéologique des massifs et les enjeux miniers de cet hydrosystème.

  •  Environnement et restauration des sites miniers - Julie Jeanpert, Jean-Lambert Join, Peggy Gunkel-Grillon, Olivier Monge, Séverine Bouard, Caroline Lejars et Catherine Sabinot

En Nouvelle-Calédonie, les exploitations minières se situent majoritairement en contexte montagneux. Le contexte climatique et géomorphologique des massifs dits « miniers », les caractéristiques physico-chimiques des substrats issus de l’altération des péridotites, la richesse de la biodiversité terrestre comme marine constituent des facteurs environnementaux à intégrer dans la gestion de la mine et de son environnement, de même que dans la stratégie et les pratiques de réhabilitation des zones après exploitation. L’héritage des pratiques anciennes apporte des contraintes supplémentaires aux opérations de restauration des sites miniers.

  •  Plantes hyperaccumulatrices et biovalorisation des métaux - Valérie Burtet-Sarramegna, Bruno Fogliani, Claude Grison, Sandrine Isnard, Tanguy Jaffré, Laurent L’Huillier,Yohan Pillon et Cyril Poullain

Les plantes hyperaccumulatrices de métaux et les microorganismes qui leur sont associés présentent des propriétés particulièrement originales, qui en font des outils de choix pour la phytomine, l’agromine, la restauration écologique, la phytostabilisation ou la phytoremédiation. Focus sur ces plantes et microorganismes adaptés au stress métallique et aux propriétés remarquables.

  • La gouvernance minière en Nouvelle-Calédonie, entre politique locale et arène nationale - Pierre-Yves Le Meur

La question minière est au cœur de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie et du processus de décolonisation négociée dans lequel le territoire s’est engagé depuis les années 1990. La gouvernance minière est intimement liée aux enjeux politiques locaux et nationaux calédoniens. L’entrée par les sites miniers, les enjeux fonciers associés et les arènes politiques locales permettent de mettre au jour des jeux d’acteurs complexes qui participent de la production de la politique minière « par le bas » et s’articulent de manière plus ou moins cohérente et stabilisée avec les politiques dessinées aux échelons supérieurs, générant une gouvernance minière multi-niveaux.

  • La transition énergétique de la Nouvelle-Calédonie - Bastian Morvan

Le caractère insulaire, conjugué à la place prépondérante de son industrie métallurgique électro-intensive, conduit la Nouvelle-Calédonie à un contexte énergétique de tous les défis : garantir la sécurité d’approvisionnement, réduire la dépendance énergétique, garantir un prix compétitif de l’énergie et réduire les impacts sur l’environnement. Engagée depuis 2016 sur la voie de la transition énergétique, la Nouvelle-Calédonie ne cesse d’accélérer le développement des énergies renouvelables et franchit les premières étapes dans la lutte contre le gaspillage énergétique. Le dynamisme de la Nouvelle-Calédonie et de ses acteurs économiques font de ce territoire un lieu propice à l’innovation et sur lequel l’hydrogène pourrait jouer un rôle central.

 

RISQUES NATURELS

  • L’aléa naturel glissements de terrain en Nouvelle-Calédonie - Yaël Guyomard, Mathieu Mengin, Bastien Colas, Yannick Thiery, Vincent Mardhel, Olivier Monge

La Nouvelle-Calédonie, pays au relief montagneux et au cli-mat cyclonique, est naturellement sujette aux glissements de terrain dans les formations superficielles meubles du régolithe. Un programme pluriannuel sur la base d’une méthode quantitative prenant en compte une évaluation de la susceptibilité des terrains aux phénomènes d’instabilités gravitaires, la probabilité temporelle d’occurrence, l’intensité des phénomènes, doit permettre de généraliser une cartographie de l’aléa à 1/25 000 sur tout le territoire.

  • Sismicité et tsunamis en Nouvelle-Calédonie, aléa et risque - Bernard Pelletier, Pierre Lebellegard et Jean Roger

La Nouvelle-Calédonie est soumise à une activité sismique, ainsi qu’à de potentiels tsunamis régionaux. La plupart des séismes ressentis sont liés à la subduction du Vanuatu. En outre, une sismicité locale existe au niveau de la Grande Terre. Le réseau sismique de Nouvelle-Calédonie et le réseau ORSNET permettent de surveiller la région en quasi-temps réel, de détecter et de localiser la plupart des séismes d’une magnitude supérieure à 2 sur la Nouvelle-Calédonie et la zone du Vanuatu. L’ampleur du tsunami meurtrier du 28 mars 1875 et la taille du segment sud de la zone de subduction du Vanuatu suggèrent que des séismes de magnitude importante peuvent se produire entre les îles du Sud Vanuatu et les îles Loyauté.

  • Le littoral de Nouvelle-Calédonie face au changement climatique - Bernard Pelletier, Pierre Lebellegard et Jean Roger

Le littoral de la Nouvelle-Calédonie est caractérisé par de nombreux types de côte plus ou moins sensibles aux paramètres environnementaux et aux divers forçages climatiques. Il est aujourd’hui nécessaire d’identifier les évolutions de ces forçages en lien avec le changement climatique pour mieux appréhender la dynamique future des côtes. Cette anticipation des impacts du changement climatique permettra la mise en place d’une gestion adaptée du littoral.

 

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

pdf 208 - Les ouvrages sur sols évolutifs

1043 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

GEOL203 450Sommaire de ce numéro

  Editorial  

  Actualité 

CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE : BILAN ET PROJECTIONS

  • Rapport de l’International Energy Agency (IEA) : Coal 2020 ; Analysis and forecast to 2025 (décembre 2020)
  • Gas year 2020 review » de Rystad Energy
  • Rapport du World Energy Council : World Energy Trilemna Index 2020

 

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

  • Rapport de l’UNECE (United Nations Economic Commission for Europe) : Carbon Capture, Use and Storage (CCUS)
  • Création d’un laboratoire dédié au stockage géologique des gaz décarbonés
  • L’hypocentre de l’économie hydrogène vert en Europe : l’Espagne ?


AMÉNAGEMENT ET RESSOURCES NATURELLES

  • Atténuation ou adaptation : l’exemple du projet MOSE à Venise
  • Présentation des résultats du projet national C2ROP le 17 mai 2021
  • Dossier de presse du Comité Interministériel de la Mer (CIMer) : Construire ensemble l’avenir maritime de la France
  • Littoraux normands 2027

 

EAU

  • Aqua-Valley et le BRGM annoncent le lancement du projet européen AQUIFER
  • L’UNESCO publie son rapport 2021 sur l’eau, intitulé « La valeur de l’eau

 

  Jeune entreprise  

  • Terremys : Une technologie innovante sur le marché de la géophysique aéroportée par drones

 

  Décryptage  

  • Des métaux essentiels pour la société du risque sanitaire ?
  • Les majors pétrolières, d’avril noir à un monde post-COVID

 

  Enseignement / Recherche  

  • Le projet Geo3EN, une formation entièrement consacrée à la géothermie

 

  Analyses d'ouvrages  

  • Sur les pas d’un géologue face aux défis du développement par le Dr Fodé Ibrahima Diaby - Ed. L’Harmattan - ISBN 2343199302 - 178 p.
  • Chercheurs d’Or. L’orpaillage clandestin en Guyane française par François-Michel Le Tourneau - CNRS éditions. 2020, 421 pages
  • Observatoire de la sécurité des flux et des matières énergétiques (OSFME) ; L’Alliance Européenne des Batteries ; Enjeux et perspectives européennes. Rapport 6, décembre 2020

 

  Dossier  : Les ouvrages sur sols évolutifs 

L’IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Protection de la Langue de Barbarie (Sénégal) - Marc Brisebarre

La Langue de Barbarie est une flèche littorale sableuse qui protège de l’érosion marine la ville de Saint-Louis (Sénégal). Elle est traversée par des brèches d’origine naturelle mais également par une brèche d’origine anthropique large de 7 km qui était à l’origine, en 2003, un petit canal de délestage et qui est devenu l’embouchure du fleuve Sénégal. Des travaux d’aménagement de cette brèche ainsi que des travaux de protection d’urgence des quartiers de Saint-Louis situés sur la Langue sont en cours.

  • Évolution récente de la stabilité des infrastructures construites sur le permafrost dans les Alpes françaises - Pierre-Allain Duvillard, Ludovic Ravanel

De nombreuses infrastructures (remontées mécaniques, refuges, etc.) sont construites sur des terrains gelés en permanence (permafrost) en haute montagne. Dans le contexte actuel de réchauffement climatique, leur maintenance représente un défi technique du fait de mouvements des terrains-supports. En effet, les fondations peuvent être déstabilisées par les changements de la teneur en eau et par le dégel de la glace interstitielle. Au cours des 30 dernières années, plus d’une vingtaine d’infrastructures ont ainsi connu des dommages dans les Alpes françaises.

  • Les ouvrages sur les sols argileux sensibles au retrait-gonflementMarc Brisebarre

Près de la moitié du territoire métropolitain est classée en zone d’exposition moyenne ou forte au phénomène de retrait-gonflement des sols argileux ; ceci explique le nombre déjà important de sinistres liés à ce phénomène ; cette sinistralité ne pourra que s’amplifier puisque les projections climatiques indiquent que le nombre et l’intensité des épisodes de sécheresse croîtra. Peut-être cela entraînera-t-il une remise en cause de la notion de catastrophe naturelle.

  • MACH, une nouvelle solution de remédiation économique et écologique pour conforter les maisons individuelles exposées aux sécheresses - Lamine Ighil Ameur

En France, plus de 4 millions de maisons individuelles existantes sont très vulnérables face aux sécheresses. Le développement de nouvelles solutions de remédiation, écologiques, économiques et durables est l’une des urgences pour s’orienter vers une résilience climatique du bâti existant. Pour y contribuer, le Cerema a élaboré et a expérimenté à l’échelle 1 et pendant 4 années la solution MACH basée sur la réhumidification du sol de fondation par la valorisation des eaux de pluie.

 

EXEMPLES D’OUVRAGES

  • Compréhension actuelle de la catastrophe du barrage de Malpasset - Gilbert Castanier, Jean-Marie Masset, Jean-Jacques Biteau, Clément Biou, Charline Coudun

Le 2 décembre 1959 la rupture soudaine et brutale du barrage-voûte de Malpasset faisait 423 victimes dans la ville de Fréjus et dans ses alentours. Cette catastrophe a mis en évidence la nécessité de réaliser des études géologiques et géotechniques préalables rigoureuses et de prendre en compte le phénomène de réduction de la perméabilité par le poinçonnement du rocher dû à l’effet de « console ».Un parcours de mémoire sur le site de la catastrophe a été réalisé par les élèves-ingénieurs de l’ENSG.

  • Des ouvrages du génie végétal pour protéger les talus marneux de l’autoroute Fès-Taza (Maroc) contre l’érosion hydrique - Aicha Mouisat, Chaouki Al Faiz, Ahmed Douaik, Chérif Harrouni, Abdelkrim Derradji, Nour-Eddine Benaoda Tlemçani

Par sa situation particulière dans une zone montagnarde dominée par des substrats marneux particulièrement sensibles à l’érosion hydrique et sous des conditions météorologiques et hydrologiques sévères, l’autoroute Fès-Taza (Maroc) a subi différentes formes d’érosion depuis sa première année de mise en service.Afin de lutter contre ces différentes formes d’érosion, des ouvrages à base du génie végétal ont fait l’objet d’un suivi expérimental sur quelques talus longeant ce tronçon. Les traitements qui ont donné les meilleurs résultats sont ceux à base de la végétation combinée à du roseau étalé sur talus ou à un paillage de paille fixée avec grillage métallique.

  •  Tunnels ferroviaires dans un contexte de glissement de versant : exemple du tunnel de La Bégude - Christian Carboni, Myriam Mili, Christine Thuaud

Le tunnel ferroviaire de La Bégude, situé sur la commune de Chamborigaud dans le Gard, se trouve au sud-est du Massif central, dans une zone géologiquement active. Il traverse dans sa première partie un ensemble constitué de formations de micaschistes présentant des plans de glissement bancs sur bancs.Ces glissements entraînent des bancs rocheux qui viennent appuyer sur le côté droit de la structure. Cet article décrit tout d’abord l’expertise qui a été menée pour établir le diagnostic de l’ouvrage, puis la conception des travaux de confortement les plus adaptés à un contexte géologique particulier et également au cas de l’une des lignes ferroviaires de dessertes fines du territoire national. Enfin, la réalisation des travaux sera présentée.

  • La rénovation du pont de Noirmoutier - Nicolas Rouland

Le pont de Noirmoutier, qui relie l’île du même nom au continent, et qui a été mis en service en 1971, a fait l’objet d’une importante restauration entre 2017 et 2020 ; on traitera ici des travaux effectués sur la tête des fondations et sur la partie inférieure des piles soumise au marnage ; dans cette zone a été mis en oeuvre pour la première fois en France sur un pont un procédé de Jackets en fibre de verre.

  •  Le campus de Jussieu - Marc Brisebarre

Le campus universitaire de Jussieu (Paris Vème) a fait l’objet de travaux de désamiantage mais également d’une réhabilitation lourde entre 2003 et 2016 ; à l’occasion de cette réhabilitation, les investigations conduites en 2010-2011 sur les fondations d’une partie des bâtiments ont conduit à des interrogations sur la stabilité du sol d’assise.

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

pdf 207 - L'hydrogéologie face aux extrêmes climatiques

1168 téléchargements

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)

GEOL203 450Sommaire de ce numéro

  Editorial  

  Actualité 

EXTRÊMES MÉTÉOROLOGIQUES

  • La tempête Alex
  • Étude géotechnique obligatoire dans les zones exposées au risque de retrait-gonflement des sols argileux

 

GÉOTHERMIE

  • Sismicité dans la région strasbourgeoise
  • Parution du neuvième rapport annuel de l’European Geothermal Energy Council (EGEC) : La situation et les perspectives de la géothermie en Europe


CAPTAGE DU CO2

  • Avis de l’ADEME sur le captage et le stockage géologique de CO2 en France
  • Rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie : captage, utilisation et stockage du carbone
  • Le projet de séquestration sous-marine de CO2 de Longship

 

RESSOURCES EN EAU

  • Démarrage de la centrale hydroélectrique de Romanche-Gavet
  • Vers une gestion active de la ressource en eau


PRIX JEAN GOGUEL

  • Nouvelles méthodes de suivi de terrains instables par réseau de capteurs passifs RFID
  • Établissement d’un modèle statistique de vieillissement des ouvrages ferroviaires souterrains ; valorisation de données patrimoniales

 

HYDROGÈNE

  • Rapport de l’Académie des Technologies : rôle de l’hydrogène dans une économie décarbonée
  • Le projet HyGéo de stockage géologique d’hydrogène


RESSOURCES MINÉRALES

  • Le 69ème congrès exposition de la Société de l’Industrie Minérale (SIM) s’est tenu à Angers du 6 au 9 octobre 2020
  • Le nouveau code minier… tant attendu


ENSEIGNEMENT / RECHERCHE

  • L’ESIEE Amiens rejoint le groupe UniLaSalle
  • Le classement de Shangaï 2020

 

  Information sur la SGF  

  • Journée(s) Nationale(s) de la Géologie
  • Jean-Jacques Biteau lauréat du Prix Léon Bertrand de la SGF

 

  Jeune entreprise  

  • STEPSOL

 

  Décryptage  

  • La ressource en eau : vers une ère de conflits

 

  Dossier  

LES OUTILS DE SUIVI DU NIVEAU DES NAPPES

  • Sécheresse hydrogéologique : comment définir la sensibilité des nappes aux déficits pluviométriques à partir des chroniques piézométriques ? Application sur la région Grand Est (France) - Delphine Allier, Jean-Charles Manceau, Etienne Buscarlet, Thomas Klinka, Murielle Chabart et Xavier Marly.

Différents outils d’analyses des chroniques piézométriques ont été mis en oeuvre et appliqués sur la région Grand Est, dans l’objectif de qualifier la sensibilité des nappes captées à la sécheresse météorologique. Ces outils, en particulier le périodogramme et la courbe de décharge seront décrits dans l’article, ainsi que les résultats obtenus sur la région Grand Est où l’on retrouve une assez grande diversité de dynamique.

  • Comment cartographier les zones sensibles aux inondations par remontée de nappe résultant d’épisodes pluvieux intenses et répétés - Hélène Bessiere, Alexandre Brugeron, Bernard Bourgine, Michael Foumelis et Hortense Blanchet

Les inondations par remontée de nappe sont des phénomènes majeurs, résultant d’événements pluvieux de forte intensité et répétés sur plusieurs mois voire plusieurs années, qui peuvent engendrer des dégâts importants. Il est primordial de pouvoir cibler les zones sensibles aux remontées de nappe pour la gestion et l’anticipation de ces phénomènes. Cet article présente les étapes méthodologiques pour la réalisation de carte de sensibilité aux remontées de nappe à l’échelle locale. Des nouvelles techniques d’analyse des images satellite ont été développées ainsi qu’une exploration de différentes méthodes d’interpolation reposant sur l’analyse géostatistique.

  • Le bulletin de situation des nappes : les clés de lecture pour anticiper les événements extrêmes - Violaine Bault et Marc Laurencelle

Le bulletin de situation hydrologique des nappes représente un bilan synthétique de l’évolution mensuelle des ressources en eau souterraine destiné au grand public. La détermination de la cyclicité des masses d’eau permet d’appréhender le comportement des nappes et de se projeter dans les semaines à venir. Les clés de lecture simples fournies dans ces travaux permettent ainsi d’anticiper les événements extrêmes.

  • Influence de la variabilité basse-fréquence des niveaux piézométriques sur l’occurrence et l’amplitude des extrêmesLisa Baulon, Delphine Allier, Nicolas Massei, Hélène Bessiere, Matthieu Fournier et Violaine Bault

Dans un contexte de changement global, il est crucial de comprendre les liens entre les extrêmes piézométriques, à l’origine des sécheresses hydrogéologiques et des inondations par remontées de nappe, et la variabilité climatique. Pour répondre à cette problématique, une base de données de piézomètres peu influencés par les activités humaines a été constituée. Pour un grand nombre de piézomètres, les fluctuations basse-fréquence d’origine climatique apparaissent responsables de dépassements de seuils (minima ou maxima) tout à fait significatifs durant les dernières décennies.

  • Estimation algorithmique des paramètres hydrodynamiques du Modèle Nord-Aquitain : approche opérationnelle pour anticiper les effets du changement global - Ryma Aissat, Alexandre Pryet, Marc Saltel et Alain Dupuy

La calibration des paramètres distribués des modèles hydrogéologiques régionaux est un défi technique majeur. Cette étude présente la mise en oeuvre d’une méthode algorithmique pour l’estimation des paramètres d’emmagasinement et de conductivité hydraulique du MOdèle Nord Aquitain (MONA). L’intérêt de l’approche est illustré pour la prédiction des variations de stock à l’horizon 2050 prenant en compte le changement climatique et l’évolution de la demande en eau.

 

LES OUTILS DE SUIVI DE LA QUALITÉ DES EAUX - AQUIFÈRES ET SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES

  • Le SSERK’OEIL : un dispositif de mesure haute-fréquence innovant pour la surveillance de la qualité des milieux aquatiques - Guillaume Lorette, Roland Lastennet, Alain Denis,
    Nicolas Peyraube, Fabien Naessens, Sylvain Mateo, Nicolas Houillon, Jean-Christophe Studer, Jérôme Donnette, Julien Frant et Pierre Pinet.

Le SSERK’OEIL (Système de Surveillance d’Étude et de Recherche sur le Karst – Observation, enregistrement, Interprétation, Laboratoire in situ) est un dispositif qui vise à résoudre le problème de l’échantillonnage de la ressource en eau à des fins d’analyse en lui substituant un suivi in situ et « en continu » des milieux aquatiques, avec un pas de temps de mesure modulable. Il a été testé et mis en place sur les sources karstiques du Toulon qui alimentent en eau potable une partie de l’agglomération de Périgueux.

  • Un observatoire karstique scientifique et participatif : une solution durable pour le suivi de la qualité des eaux souterraines karstiques. Application au système karstique hétérogène de l’Ouysse (Géoparc mondial UNESCO des Causses du Quercy, France) - David Viennet, Guillaume Lorette, David Labat, Nicolas Massei, Mathieu Sebilo, Matthieu Fournier, Joël Tremoulet, Christian Brunet, Philippe Bonnet, Denis Arnal et Pierre Crancon.

Pour une surveillance optimale de la qualité et de la quantité de la ressource en eau, il est souvent nécessaire de mettre en place un suivi spatialisé à haute-fréquence temporelle. Toutefois, un tel suivi est souvent accompagné de difficultés de par la surface à couvrir et les problèmes d’accès aux sites de mesures choisis. Dans ce contexte, un programme de suivi scientifique participatif avec la collaboration des clubs de spéléologie du Lot est mis en place sur le système karstique de l’Ouysse, localisé au Nord du Parc naturel régional et Géoparc mondial UNESCO des Causses du Quercy.

  •  Services écosystémiques et solutions fondées sur la nature : quelle place pour les eaux souterraines et pour les hydrogéologues ? - Cécile Hérivaux et Jean-Christophe Maréchal

Les aquifères jouent un rôle important pour la fourniture de plusieurs services aux activités humaines. Ils sont pourtant pour le moment peu pris en compte dans les démarches d’évaluation de services écosystémiques, et de conception des solutions fondées sur la nature. Cet article propose un cadre conceptuel permettant d’articuler aquifères, services écosystémiques et solutions fondées sur la nature, et questionne la place de l’hydrogéologue dans ces démarches.

 

GESTION DES NAPPES ET CONTRAINTES CLIMATIQUES

  • La recharge des aquifères – un concept en évolution ? Arnaud Wuilleumier

La recharge des eaux souterraines est un concept clef de l’hydrogéologie. Il revêt une importance fondamentale au regard des évolutions climatiques passées et encore à venir. Mais que recouvre précisément ce concept ? Désigne-t-il toujours aujourd’hui au sein de la communauté scientifique ce qu’il désignait hier lors de l’élaboration du dictionnaire français d’hydrogéologie ?

  •  L’assec du Doubs en 2018 ou comment se traduit un épisode hydroclimatique exceptionnel en contexte karstiqueVincent Fister et Thierry Marguet

Le massif du Jura a été confronté, en 2018, à un épisode hydroclimatique historique marqué par un fort déficit pluviométrique, entrainant un assec prolongé du Doubs pendant près de six mois sur environ 20 km. La démarche s’intéresse d’abord au contexte hydrogéologique, notamment aux échanges complexes entre la rivière, le calcaire sous-jacent et la vallée de la Loue. Une analyse statistique portée sur les variables d’étiages (VCN à différents pas de temps) permet ensuite de quantifier le caractère exceptionnel de l’étiage 2018 sur le secteur comme étant le deuxième le plus sévère depuis 1906.

  • Impact du changement climatique sur le niveau de la nappe du Bajo-Bathonien de la plaine de Caen - Maëlle Portello, Bentje Brauns, Thierry Gaillard, Daniela Cuba

L’aquifère du bajo-bathonien de la plaine de Caen constitue l’aquifère principal pour l’alimentation en eau potable de ce territoire. Le présent article étudie l’impact possible du réchauffement climatique sur la dégradation de l’aquifère au travers de deux méthodes d’analyse du signal piézométrique de la nappe de Caen.

  • La nappe astienne face aux extrêmes climatiques : vers une gestion optimisée du stock et des usages - Gwendoline Mombertrand et Véronique Dubois

La nappe des sables de l’Astien, située dans le département de l’Hérault, subit des phénomènes climatiques extrêmes récurrents, manifestations du changement climatique en cours.Cela se traduit par des épisodes de sécheresse estivale sévères et répétés, contrastant avec des épisodes pluvieux tout aussi remarquables à l’automne et en hiver.Cet article traite des spécificités de la nappe astienne qu’il serait intéressant de prendre en compte pour tirer le meilleur parti de ces conditions climatiques pour faire face, en particulier, aux pénuries d’eau.

  • La surexploitation de la nappe profonde du socleau Burkina Faso : l’exemple de Ouahigouya. Vers une catastrophe annoncée  - A. Babine, H. Sanfo, A. Hébié, S. Nakolendousse, M. Dzikowski, D. Brondel et G. Nicoud

’L’étude menée par la coopération décentralisée Chambéry-Ouahigouya a montré que les ouvrages profonds alimentant les 37 villages ruraux de la commune de Ouahigouya (Burkina Faso) exploitent la nappe du socle dont la pérennité à moyen terme n’est plus assurée ; une solution pourrait être, lorsque cela est possible, d’améliorer le puisage dans la nappe superficielle de la cuirasse qu’exploitaient autrefois les Dogons avec les puits traditionnels puis de traiter l’eau.

Acheter en ligne ce numéro : version papier - version électronique (pdf)